01242017Headline:

Burkina /«Mandat contre Soro” –Voici pourquoi La justice militaire jette l’éponge

soro guillaume

«Mandat contre Soro” – La justice militaire burkinabè se déclare impuissante, jette l’éponge
La justice burkinabè n’a “plus compétence d’émettre un mandat” contre Soro (procureur)

La justice militaire burkinabè n’a “plus compétence d’émettre un mandat” d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro compte tenu des accords qui lient le Burkina et la Côte d’Ivoire, a confié lundi le commissaire du gouvernement Alioune Zanré, face à la presse à Ouagadougou.

“Nous n’avons plus compétence d’émettre un mandat” d’arrêt à l’encontre de M. Soro “au regard du caractère d’extranéité du sujet et obstacles juridiques”, a dit le commandant Zanré.

Selon les accords qui lient le Burkina avec les autres pays, “l’extradition n’est pas possible en matière d’infractions politiques ainsi que pour des infractions qui leurs sont connexes, ainsi qu’en matière d’infractions militaires”, a expliqué le commissaire du gouvernement qui affirme que dans l’affaire Soro, “le parquet opte pour la procédure de dénonciation” et c’est à la justice ivoirienne de le juger.

Un mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro a été lancé le 8 janvier avant d’être annulé le 28 avril par la Cour de cassation pour “vice de forme”.

La justice militaire burkinabè veut entendre M. Soro pour son implication présumée dans le coup d’Etat manqué contre le gouvernement de transition du Burkina en septembre 2015, qui a fait officiellement une quinzaine de morts.

Dans cette affaire du putsch, 75 personnes ont été inculpées dont le général Gilbert Diendéré, 50 autres sont en détention préventive, huit non détenues, 17 en liberté provisoire, 22 témoins et 30 parties civiles ont été entendues, selon M. Zanré qui annonce le début des procès “d’ici la fin de l’année” 2016.

Egalement trente neuf personnes, notament des ex-soldats de l’ex-garde de sécurité présidentielle (RSP) qui planifiaient, fin 2015, une attaque de la Maison d’Arrêt et de Correction de l’Armée (Maca) dans le but de libérer les détenus liés au putsch, ont été inculpées dont 38 sont en détention préventive.

La justice militaire a aussi inculpé 23 autres personnes “de désertion à l’étranger en temps de paix, association de malfaiteurs, vol à main armée, recel d’armes et de munitions de guerre, détentions illégale d’armes et de munitions de guerre, coup et blessure volontaire, recel de malfaiteurs, tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat”.

DZO

Alerte info/

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment