11182018Headline:

Burkina: Putsch manqué Djibrill Bassolé et Diendéré, accusés, levez-vous !

Le procès du putsch manqué au Faso rentre dans une phase décisive avec l’appel à la barre des généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé. Ces principaux accusés comparaîtront, dès ce lundi, devant le tribunal militaire en compagnie d’autres coaccusés.
Depuis le début des audiences relatives au putsch manqué, environ 80 personnes sont déjà passées à la barre pour dire leur part de vérité et leur degré d’implication dans cette affaire qui continue de hanter le pays des hommes intègres. Aussi, avec l’appel à la barre d’éminentes personnalités du régime de Blaise Compaoré, « on peut considérer que nous entrons dans une phase décisive du procès », avoue Me Olivier Yelkouni, l’un des avocats du général Dienderé.

En effet, les audiences s’ouvrent, ce lundi 5 novembre, avec la comparution du commandant Abdoul Aziz Korogo, ancien chef de corps du défunt Régiment de sécurité présidentielle (RSP). A sa suite, viendront le colonel-major Boureima Kiéré, ex-chef d’état-major particulier de Michel Kafando, président de la transition, l’ex-bâtonnier, Me Mamadou Traoré, ainsi que les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, présumés cerveaux du putsch manqué contre les autorités de transition.

Notons que le 16 septembre 2015, des soldats appartenant à l’ancienne garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré avaient tenté un coup de force contre la transition burkinabè. Mais ce putsch a finalement échoué et les auteurs ou commanditaires ont été pour la plupart placés en détention. Avec la comparution annoncée des deux généraux proches de l’ancien pouvoir, l’on peut aisément deviner que le procès tire allègrement à sa fin.

 

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment