10232017Headline:

Burkina/Défilé du 11 décembre: Dadis Camara parmi les officiers !

dadis camara 2014

Parmi les officiels invités à la cérémonie commémorative de la fête nationale à Dédougou, l’on a aperçu le capitaine Moussa Dadis Camara, ex-président guinéen. Habitué depuis à prendre part aux grandes célébrations sous l’ère Compaoré, l’ancien numéro un du CNDD semble avoir l’estime des nouvelles autorités du Burkina Faso, qui l’ont associé à cette fête nationale. Le truculent capitaine a pris place à la loge officielle aux côtés du président du Conseil constitutionnel. Ainsi, comme à l’édition précédente de Dori, l’ex-chef de la junte guinéenne, n’a pas voulu se prononcer à la fin de la cérémonie.

CAMBRIOLAGE AU SECTEUR N°7 DE OUAHIGOUYA : UN MORT, DES OBJETS EMPORTÉS

Les habitants du secteur n°7 de Ouahigouya se sont réveillés dans la douleur, le mercredi 10 décembre 2014. La raison ?

Elles ont appris au petit matin, la mort, par suite d’agression d’un des leurs, survenue au cours de son service nocturne. Ce dernier, du nom de Madi Ouédraogo, la cinquantaine bien sonnée, assurait la garde d’un dépôt pharmaceutique sis dans les locaux du Centre de promotion et de gestion du secteur.

Ce centre abrite aussi, une boutique de vivres de la SONAGESS. Selon le gérant du dépôt pharmaceutique, c’est aux environs de 5h du matin, qu’il a été informé par un groupe de femmes de la présence d’une personne en danger dans l’une des maisons. Ces femmes, informe-t-il, étaient venues pour acheter du maïs. Arrivées sur les lieux, ils ont trouvé le gardien, Madi Ouédraogo, ligoté et agonisant.

Il se plaignait surtout de douleurs au niveau du cou. Malheureusement, ils n’ont rien pu faire pour le sauver. Il laisse derrière lui, une veuve et une fillette de 9 ans. La maternité du secteur située à quelques mètres de cet endroit, a également reçu la visite de malfrats. Là, ce sont les téléphones portables de celle qui assurait la garde qui ont été emportés.

Oumar Tall

Forte présence de l’opposition

Alors que chaque état-major politique s’organise pour l’élection présidentielle de novembre 2015, la fête de l’indépendance n’a pas été occultée par nos politiques. A cette cérémonie, étaient présents Bénéwendé Sankara, Roch Marc Chrsitian Kaboré, Saran Sérémé, Etienne Traoré, Boukary Kaboré dit le lion….Ils ont tous été installés à la tribune placée à gauche des autorités de la transition. Selon une indiscrétion, tous ces « hommes ne seraient pas venus, si Blaise était encore là ».

La troupe Marie Gayérie remporte le Grand Prix national de la chanson traditionnelle.

La troupe Marie Gayérie, c’est la consécration du Grand prix national de la chanson traditionnelle en 2014. Elle s’est hissée à la tête des 42 candidats inscrits au départ en surclassant ses concurrentes avec une moyenne de 15,50/20. Elle est suivie de la troupe Wend la Sida de la région du Centre et la troupe Kabaco des Cascades. La cérémonie de remise des prix a eu lieu le mardi 9 décembre dans la toute nouvelle salle polyvalente de Dédougou. C’était en présence du tout nouveau ministre de la culture et du tourisme, Jean Claude Dioma, de son collègue de l’administration territoriale et de la sécurité, Auguste Denise Barry. Les lauréats ont reçu leur prix. La troupe Kabaco classée, 3e, a reçu une enveloppe de 500 000 FCFA plus une attestation, la troupe Wend la sida reçoit le 2e prix, composé d’une enveloppe de 700 000 FCFA, plus une attestation et le premier prix est revenu à la troupe Marie Gayérie qui s’en tire avec une enveloppe d’un million de FCFA, plus une attestation.

SONABEL : François de Sales Ouédraogo ou le choix-maison
Lui aussi, produit de la maison comme Ki Appolinaire Siengui, connaît ce qu’est la SONABEL, surtout ce qu’elle n’est pas. A l’image de son devancier-maison, beaucoup de la boîte estiment qu’il pourra faire bouger les lignes.

Idem d’ailleurs pour Gambetta Aboubacar Nacro, de la SONABHY. On espère d’ailleurs que les 2 sociétés pourront vivre en bonne intelligence, pour satisfaire chacun en ce qui le concerne, les clients.

Ministère de la culture : Dioma ou la continuité

Tout comme Guigemdé à la santé, finalement, le PM a préféré garder Jean-Claude Dioma à la culture. Pourtant, Martin Zongo et Etienne Minoungou ont été consultés pour le même poste ; A l’évidence, son expérience, et le résultat en tandem avec l’ex-ministre Baba Hama, ont convaincu. En partie aussi, grâce à son SG qui est la mémoire, et la cheville ouvrière du département, tout passant par lui, avant le quitus du ministre.
Aujourd’hui au Faso

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment