08192018Headline:

Cameroun : Des conflits entre les églises catholiques et le pouvoir politique.

La colonisation française au Cameroun était déjà marquées par des tensions entre le pouvoir colonial du pays et les prélats, français, de l’époque. Une tradition qui ne s’est pas perdue aujourd’hui entre le pouvoir camerounais et son Église.

Église et pouvoir politique ont des relations aussi étroites que compliquées qui s’enracinent dans les luttes d’influence de la fin du XIXe siècle. Tout remonte à l’arrivée des missionnaires catholiques : des membres – allemands – de la congrégation des Pallottins s’installent au Cameroun en 1890, et la collaboration avec l’administration coloniale – allemande également – est très étroite.

Mais à l’issue de la Première Guerre mondiale, ­l’Allemagne est chassée du pays et les Pallottins sont arrêtés puis expulsés, abandonnant écoles, dispensaires, plantations et missions.

Crises récurrentes
Pour combler le vide, et au mépris de la loi de 1905 qui interdit de subventionner les cultes, le ministre français des Affaires étrangères, Aristide Briand, décide d’encourager l’expatriation des prêtres français au Cameroun, moyennant une coquette aide financière. Charge à eux d’effacer les traces de la colonisation allemande. La métropole participe à la construction des églises et même à celle de la cathédrale de Yaoundé.

Malgré tout, entre les cadres de l’administration coloniale locale et le clergé, les crises sont récurrentes. Tantôt ils se jalousent, tantôt ils s’affrontent sur le statut des indigènes, les travaux forcés ou les questions foncières…

Dans les années 1930, à l’issue d’un bras de fer épique, le vicaire apostolique Mgr François-Xavier Vogt obtient même la tête du commissaire Théodore Paul Marchand, le plus haut responsable de l’administration coloniale française.

 

imatin.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment