09192018Headline:

Cameroun: Joshia Osih assure que les partis de l’opposition sont en “pourparler”

Joshua Osih, le candidat du Social democratic front (SDF), à la présidentielle camerounaise, a assuré mercredi que “les discussions” étaient “encore ouvertes entre les partis” politiques d’opposition, pour la formation d’une coalition, dans la perspective du scrutin du 07 octobre.

“Concernant la coalition, nous avons rencontré tous les candidats de l’opposition pour mener le débat d’une candidature unique. Les discussions sont encore ouvertes entre les partis.”, a indiqué Osih, le candidat de la principale formation d’opposition camerounaise, sur Twitter.

Après la publication de la liste des candidats retenus par Elections Cameroon (Elecam, l’organe chargé d’organiser les élections) le 07 août, des opposants envisagent de s’unir face au président sortant, Paul Biya (85 ans), candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

L’ex-bâtonnier Akere Muna (Front populaire pour le développement, FPD), Maurice Kamto (Mouvement pour la renaissance du Cameroun, MRC) et Cabral Libii, du parti Univers sont favorables à une coalition des partis d’opposition.

Selon Osih, “une coalition doit être fondée sur des programmes plutôt que sur des personnes”, précisant que “ce sont les fondements des conversations en cours avec les différents candidats.”

Quant à Libii, il souhaite que le choix du candidat se fasse dans le cadre d’une” primaire interne (entre prétendants) compte tenu du temps restant.”

Elecam, qui avait reçu 28 dossiers de candidatures, en a rejeté 18, tandis qu’un candidat s’est désisté.

Les candidatures de Garga Haman Adji, de l’Alliance pour la démocratie et le développement (ADD), arrivé troisième lors de la dernière présidentielle, en 2011, Adamou Dam Njoya, de l’Union démocratique au Cameroun (UDC), Serge Espoir Matomba, du Peuple uni pour la rénovation sociale (PURS), et Frankline Ndifor Afanwi, du Mouvement citoyen national camerounais (MCNC) ont été également retenues.

Plus de sept millions Camerounais inscrits sur les listes électorales seront appelés aux urnes le 7 octobre pour élire leur président dans un contexte de crise sécuritaire

Les attaques du groupe djihadiste nigérian Boko Haram , autrefois régulières dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord frontalière du Nigeria et du Tchad, ont sensiblement baissé ces derniers mois, selon le centre d’analyses International Crisis Group (ICG).

Depuis plus d’un an, le Sud-ouest et le Nord-ouest, les deux régions anglophones du pays, traversent une crise sociopolitique.

Les combats entre les forces de défense et de sécurité camerounaises et des groupes armés séparatistes, sont devenus fréquents.

 

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment