10192018Headline:

Cameroun: Les USA réitèrent leur confiance à ELECAM!

Le département d’Etat qui a réitéré la neutralité des Etats-Unis, a encouragé jeudi ELECAM le seul organe habilité à proclamer les résultats de la présidentielle de dimanche à publier les résultats des votes bureaux par bureaux”, dans une note.

“Nous encourageons Élections Cameroon (ELECAM, organisateur scrutin) et le Conseil constitutionnel à publier les résultats bureaux par bureaux afin de renforcer la transparence et la confiance des citoyens dans les résultats. “, a déclaré le porte-parole, Heather Nauert, dans la note publiée sur le site du département d’Etat.

Dimanche, plus de six millions d’électeurs étaient appelés à élire le nouveau président parmi huit candidats en lice, dont le chef de l’Etat, Paul Biya (85 ans) briguant un septième mandat consécutif.

Lundi, l’ex-ministre délégué à la Maurice Kamto, l’un des principaux opposants à M. Biya, le président sortant, avait revendiqué la victoire. Une sortie qui a suscité de vives réactions au sein de la classe politique.

Les États-Unis “réaffirment leur neutralité concernant le droit des Camerounais à choisir leur chef et les invitent à faire preuve de patience et éviter les discours de haine”, a ajouté Nauert.

“Tout différend devrait être résolu de façon pacifique, à travers les voies légales”, a recommandé le porte-parole du département d’Etat, appelant au calme et à la conclusion prudente et non-partisane des phases restantes du processus électoral.”

Dans le cadre du contentieux postélectoral, 17 recours ont été déposés auprès du Conseil constitutionnel, l’organe habilité à proclamer les résultats au plus tard le 22 octobre, soit 15 jours après le scrutin.

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun dont le candidat Maurice Kamto revendique la victoire, a déposé un recours afin de réclamer l’annulation des votes dans six régions (Nord-ouest, Sud-ouest, Est, Sud, Nord, Extrême-nord).

Quant au Social democratic front (SDF, principal parti d’opposition), il réclame l’annulation totale du scrutin évoquant des “fraudes”.

Le code électoral camerounais n’autorise aucun recours après proclamation des résultats par le Conseil Constitutionnelle.

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment