05222019Headline:

Congo: ”Une promesse pas tenue est une dette”.

Sassou samedi à Brazzaville

Le Président congolais Denis Sassou Guesso a livré samedi son traditionnel message à la nation conformément à la constitution, devant le parlement réuni au Palais des congrès de Brazzaville.

Une occasion pour le numéro un congolais de faire le point de l’année et rebondir sur la situation économique de son pays. Durant les 50 mn, il a abordé plusieurs questions relatives à la gestion du pays, la mise en œuvre d’un plan de développement 2018-2022 ainsi que sa volonté de lutter contre la corruption.

«Je comprends l’inquiétude du Peuple devant l’exigence de transparence et d’objectivité.Je rassure qu’il n’y aura ni boucliers de protection pour les uns, ni rampes de sanction pour les autres.Face aux délits économiques, quels qu’ils soient, il n’y aura ni menus fretins, ni gros poissons. Tout passera dans la nasse du droit et de la justice. Seule prévaudra la loi » a déclaré le Président qui totalise près de 34 ans au pouvoir .

Il a par ailleurs annoncé la création en cours d’une haute autorité de lutte contre la corruption.

Après son traditionnel discours , les réactions de l’opposition n’ont pas tardé à fuser .

«Mensonge d’un pouvoir dont plus personne ne veut. Les années passent, les mensonges de Sassou se suivent et se ressemblent. Car l’année 2018 avec son népotisme écrasant « n’aura pas été différente des années précédentes ni ne le sera de l’année 2019», a lancé Adrien Houabaloukou, Président de la CDI (Convention des Démocrates Indépendants) .

Pour preuve, ce président a préféré adresser ses boniments annuels à des « compagnons de fortune : parents, parlementaires et autres. ». 

En autres mensonges , les prêts contractés auprès des Chinois. Pour le Président de la Convention, Sassou n’a pas dit la vérité « sur les deux tours jumelles de 30 étages à Mpila : un don de la Chine. » Des dons qui laissent « dubitatifs » en tant que vecteurs de développement.

Pour l’opposant Clément Miérassa, il s’agit des mêmes promesses qui ne sont jamais suivies d’actions concrètes « Depuis 2002, nous entendons quasiment les mêmes mesures, mais elles ne sont jamais suivies d’effet. Il y a un manque de volonté politique alors qu’il faut être capable de faire une remise en cause ».

Notons que le Fonds monétaire international (FMI) estime la dette du Congo- B à 5 329 milliards de F CFA en 2017, soit 120% du PIB. La Chine et les traders détiendraient respectivement 34,15% et 29,90% de la dette extérieure.

Âgé de 74 ans,Denis Sassou Nguesso  totalise 34 ans au pouvoir. Il a été président de 1979 à 1992, avant de revenir à la tête du pays en 1997 après la guerre civile. Il a été réélu en mars 2016, une nouvelle loi lui permettant de briguer un autre mandat.


KOACI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment