10172017Headline:

Côte d’Ivoire- Cameroun / Affaires deux ivoiriennes tabassées au Maroc: Le drame Asec-Kotoko évité de justesse/les faits

la Côte d’Ivoire et le Cameroun ont évité de justesse un incident diplomatique, le week-end dernier. Et pour cause, deux ivoiriennes, vivant au Maroc ont été séquestré par des jeunes camerounais avant d’être prise comme otage.

La situation a frôlé la guerre entre ces deux pays le week-end dernier au moment où des ressortissants ivoiriens sont intervenus pour retrouver les coupables. L’affaire des deux ivoiriennes tabassées par trois camerounais au Maroc a suscité non seulement l’indignation des ivoiriens mais aussi une grosse colère. Si les motifs de cette barbarie commise sur des ivoiriennes était inconnu jusque-là, nous savons désormais quels sont les raisons qui ont poussé les camerounais à se comporter de la sorte, même si ces raisons ne justifient pas vraiment leurs actions. Après investigation, l’auteur principal de l’acte a été trouvé, mais ses complices sont encore en fuite. La vidéo choquante qui a fait le tour du web a suscité chez les ivoiriens une colère interminable.
Les jeunes ivoiriens du Maroc, sous l’effet de la colère, avaient décidé d’une vengeance.

Saisi de l’affaire, l’Ambassade de la côte d’Ivoire au Maroc avait dans un premier temps ordonné la non-violence pour ramener le calme au sein des deux communautés.

Mercredi, lors d’une rencontre entre ivoiriens et camerounais au Maroc, accompagné d’une forte délégation, le représentant des camerounais a présenté des excuses aux victimes et promis que justice sera faite et les auteurs du crime seront arrêtés et poursuivis devant la justice.

Pour l’heure, la police marocaine n’a pas encore formellement identifié les trois camerounais qui ont tabassé les ivoiriennes. Mais les vidéos de scène ont permis d’identifier un certain Franck qui serait le premier suspect.

Cette situation fait rappeler le drame Asec-Kotoko dans les années 1992. Un match de football qui avait viré au drame occasionnant l’expulsion des ghanéens du territoir ivoirien. Les supporters ivoiriens avaient étaient agressés et violenté, certains moururent des suites de leurs blessures. Les dirigeants et les joueurs sont agressés dans les vestiaires avant et après le match.Toute la Côte d’Ivoire s’enflamme et crie vengeance. Heureusement, le calme revient assez rapidement, grâce notamment à l’intervention du président de la république, Henri Konan Bédié et des autorités ivoiriennes.

imatin

 

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment