07272017Headline:

Côte d’Ivoire: Un intellectuel ivoirien croupit depuis 2 mois dans une prison à Nouakchott /les faits

prisonnier evadé arreté

–Un intellectuel ivoirien a été condamné à 4 ans deprison  ferme depuis le 30 mars dernier en Mauritanie, a appris KOACI. auprès des sources sur place.

Selon nos informations,Alfred Babli  Agbohoun dont il s’agit, auréolé d’un doctorat s’est installé au pays de Mohamed Ould Abdel Aziz dans le but de créer une école professionnelle.

Mais pour éviter tous problèmes à la longue avec l’administration, ce dernier décide d’associer un ressortissant de son pays d’accueil à son projet.

C’est ainsi qu’il fait appel à Madame Toure Mariam, et la Fondation « Japon-Afrique » voit le jour à Nouakchott.

Quelques mois après avec le succès du projet, l’associée de l’ivoirien fait volte-face et veut devenir désormais l’actionnaire majoritaire. Ce que refusa le fondateur.

Débutent alors les problèmes de l’étranger. Forte des soutiens dans son pays, la Mauritanienne active tous ses réseaux et contre toute attente le docteur est arrêté et la fermeture de son école est ordonnée par les forces de l’ordre.

Après une dizaine de jours d’incarcération, il est relâché après un règlement à l’amiable avec la plaignante.

A sa sortie de prison,Alfred Babli qui a tout perdu décide de relancer un projet similaire mais sans associé de Mauritanien.

Il crée une nouvelle école dénommée “Groupe IESSE-IJSA ” qui connait par la suite le même succès comme le précédent. Mais c’était sans compter avec son ancienne associée qui revient une nouvelle fois à la charge.

Elle fait savoir à tous, que ce dernier ne serait pas titulaire d’un Doctorat comme il le faisait croire. Qu’il distribuerait de faux diplômes, et en plus , serait un opposant à la religion musulmane dans une République Islamique.

Des accusations non fondées mais pris au sérieux par les autorités Mauritaniennes, qui interpellent pour la seconde fois le docteurAlfred Babli  Agbohoun.

Présenté devant le tribunal deNouakchott le 30 mars dernier, le juge l’a condamné à 4 ans deprison  ferme, 600.000 FCFA d’amende et sera expulsé du pays après avoir purgé sa peine.

Le consul de Côte d’Ivoire en Mauritanie qui aurait été été indigné suite à cette affaire, joint ce vendredi a confirmé l’information, tout en rassurant que des démarches sont en cours pour obtenir la libération d’Alfred Babli Agbohoun.

« L’information est fondée », a indiqué au téléphone son Excellence Djagana, avant de poursuivre. « Mais je vous assure que nous avons entrepris des démarches pour sa libération. Nous avons fait appel. L’affaire est en cassation et le verdict est annoncé pour la fin de la semaine prochaine. »
Nous y reviendrons…

Donatien Kautcha, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment