01182017Headline:

Crise post-électorale au Gabon: le pays entre dans une phase très décisive/neuf magistrats vont rendre le verdict final…

ping ali bongo

La Cour constitutionnelle est en train d’instruire les recours déposés suite à la réélection contestée d’Ali Bongo. Va-t-elle confirmer ou non la victoire du président sortant ? Les neuf magistrats ont jusqu’au 23 septembre pour rendre leur verdict. L’examen des procès-verbaux de la province du Haut-Ogooué où Ali Bongo a obtenu 95% des voix sera décisif.

Le compte à rebours est enclenché. Le pouvoir a jusqu’à demain pour déposer ses éléments. Son dossier devrait comporter les 297 PV du Haut-Ogooué, que la majorité affirme avoir ramené du terrain. Ainsi que des éléments sur des fraudes supposées de l’opposition dans diverses localités comme Bitam ou Omboué.

Ces pièces seront communiquées aux avocats de Jean Ping, qui eux possèdent 174 procès-verbaux. Chaque camp connaîtra alors les armes de l’autre.

Un juge rapporteur entendra les deux parties, avant une audience très attendue, publique, où le magistrat présentera un rapport décisif pour l’avenir de la procédure. Une audience qui ne devrait pas avoir lieu avant la semaine prochaine, confie une bonne source. Le verdict devrait ensuite tomber au plus tard le 23 septembre. Une date que les Gabonais craignent vu le niveau de violences qui avait suivi l’annonce des résultats.

Ces quinze jours de procédure ne font que commencer. Des rebondissements ne sont pas à exclure vu l’antagonisme entre les deux parties. Chaque camp accuse l’autre de fraude, de falsification de résultats. La confrontation des procès-verbaux sera cruciale, sachant que l’opposition n’a aucune confiance en la Cour. Elle demande donc la participation d’observateurs étrangers. Ce sera aux juges d’en décider.

Diplomates en consultations

Alors que la bataille juridique à la Cour constitutionnelle, présidée par Marie Madeleine Mborantsuo, va commencer, la mission UA-ONU, ainsi que les diplomates en poste, consultent. Le constat est simple, dit l’un deux : « nous sommes en face d’un casse-tête ». Tout repose sur les épaules de Marie-Madeleine Mborantsuo.

Marie-Madeleine Mborantsuo est une femme d’expérience qui ne se laissera pas intimider. Un caractère fort. Pas question d’observateurs de l’UE dans sa Cour. La pratique ne serait pas légale. Au mieux, assure-t-on, des huissiers gabonais pourraient suivre le processus de décision de la Cour.

La procédure contradictoire engagée par les avocats d’Ali Bongo, dit un observateur, peut « raviver les tensions ». Un ensemble de plaintes qui va de présupposées fraudes à un geste déplacé d’un représentant de Jean Ping : « c’est la boîte de Pandore ».

Un diplomate n’en revient toujours pas : « je n’ai jamais vu les affaires familiales et politiques autant mêlées qu’ici ! Ils sont tous frères, sœurs, cousins, c’est une famille qui se déchire. » L’ambassadeur américain a eu ce mot : « c’est Dallas ».

La mission UA-ONU a rencontré Ali Bongo et Jean Ping depuis vendredi dernier, séparément. « Ils campent sur leurs positions », dit-on dans l’entourage de cette mission. La communauté internationale ne peut que montrer ses limites. La mission UA-ONU terminée, Smaïl Chergui ira rendre compte à Idriss Déby, le président en exercice de l’UA, pour envisager l’arrivée à Libreville de chefs d’Etats africains.

RFI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment