11182018Headline:

Des partisans de Kamto arrêtés au Cameroun.

Une quarantaine de militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le parti de Maurice Kamto qui conteste les résultats officiels de la présidentielle camerounaise du 7 octobre, ont été interpellés, dimanche, à Bafoussam (ouest), lors d’une manifestation de protestation, a annoncé le porte-parole, du parti Sosthène Lipot.

“A Bafoussam, il y a une quarantaine de personnes qui ont été interpellées, sans compter ceux qui quittaient Bandjoun (commune située à 15,1 Km)”, a dit Dr Lipot, joint au téléphone par un journaliste de Afrique sur7, soutenant qu’”un jeune frappé par la crosse de la kalachnikov d’un policier, est dans le coma.”

“Il était dans les rangs lors de la marche pacifique”, a expliqué le porte-parole du MRC, affirmant être “sans nouvelle du secrétaire de fédération (départemental), pour l’instant.”

Des manifestions similaires avaient eu lieu, il y a une semaine à Douala et Yaoundé, où plusieurs dizaines de militants avaient interpellés avant d’être remis en liberté.

Dans la perspective de la prestation de serment de Paul Biya, déclaré vainqueur de la présidentielle par le Conseil constitutionnel,”, un programme dit de “résistance nationale au hold-up électoral, a été dévoilé par le MRC.

Selon ce programme qui a débuté fin octobre et s’étend jusqu’au jour de la prestation de serment de M. Biya, un rassemblement de protestation pacifique contre sa prestation de serment, devant les sous-préfectures, préfectures est annoncé dans toutes les villes du Cameroun.

Le président Biya, 85 ans dont 35 au pouvoir, a été réélu pour un septième mandat avec 71,28 % des suffrages, alors que Kamto, qui arrive deuxième avec 14,23 % des voix, a “rejeté” ces résultats et “refusé de reconnaître la légitimité du chef de l’Etat.”

L’opposant dont les recours ont été rejetés par le Conseil constitutionnel, revendique la victoire depuis le lendemain du scrutin et annonce des scores différents: 39,74 % contre 38,47 % pour M. Biya selon ses chiffres “consolidés.”

Vendredi, le président du MRC a invité la communauté internationale à prendre ses responsabilités, pour que la volonté du peuple camerounais souverain exprimée dans les urnes, soit restituée” et préconisé le recomptage des voix.

Les personnes interpellées dans la matinée, passeront la nuit “dans les cellules de la Direction régionale de la police judiciaire de l’ouest et dans celles de la gendarmerie de Bafoussam ll (Lafe)”, selon le porte-parole de Maurice Kamto, Bibou Nissack, assurant “continuer les démarches amorcées par les avocats et autres en vue de leur libération.”

 

lequotidient.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment