10302020Headline:

En pèlerinage à la Mecque, la CPI reclame le président soudanais

omar el bechir

La Cour pénale internationale (CPI) siégeant à La Haye, aux Pays-Bas, a demandé aux autorités saoudiennes de mettre la main sur le président soudanais Omar el-Béchir actuellement sur le sol saoudien, a appris APA lundi de source judiciaire.

Le chef de l’Etat soudanais est recherché par la CPI pour des crimes commis dans son pays.

La Cour a émis à l’encontre du président Béchir deux mandats d’arrêt dont copie a été transmise à tous les gouvernements y compris celui d’Arabie Saoudite.

Dans une ordonnance transmise lundi à APA, la chambre indique avoir été informée par le bureau de la procurteure Fatou Bensouda que le président soudanais se trouvait sur le territoire saoudien depuis la semaine dernière notamment dans la cadre du pèlerinage annuel à la Mecque.

N’étant pas partie au Statut de Rome créant la Cour, l’Arabie Saoudite n’a pas l’obligation d’arrêter une personne recherchée par la CPI. Cependant la résolution 1593 du Conseil de sécurité déférant à la Cour la situation au Darfour « demande instamment à tous les États et à toutes les organisations régionales et internationales concernées de coopérer pleinement » avec la CPI.

« Pour ces raisons, la chambre invite une nouvelle fois les autorités compétentes du Royaume d’Arabie Saoudite à arrêter » Omar El-Béchir « et à le remettre à la Cour », indique l’ordonnance de la CPI.

Le chef de l’État soudanais est sous le coup de deux mandats d’arrêt de la CPI pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est recherché pour des crimes commis au Darfour, dans l’ouest de son pays.

Plusieurs autres soudanais sont recherchés par la CPI.

En dépit de ces deux mandats d’arrêt contre lui, le président Béchir se déplace très souvent sans s’inquiéter sur le continent africain, dont certains gouvernements accusent la CPI d’être manipulée par les grandes puissances.

APA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles