01282022Headline:

Éthiopie: les rebelles tigréens du TPLF affirment avoir pris la ville stratégique de Dessie

En Éthiopie, les rebelles tigréens du TPLF assurent avoir investi la ville de Dessie, en région Amhara, voisine du Tigré. Une prise de guerre importante. Après deux semaines de combats dans la zone, l’armée nationale a battu en retraite et les forces tigréennes sont entrées dans la ville. Elles font un pas de plus vers Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, qui se trouve à 400 km plus au sud, objectif annoncé du TPLF. Le gouvernement éthiopien dément la prise de Dessie.

Dans la guerre qui l’oppose au gouvernement d’Abiy Ahmed, ce serait un verrou de plus qu’auraient fait sauter les forces rebelles du Tigré. Dessie n’est pas seulement stratégique par sa taille, mais aussi par sa situation géographique, situé sur la principale route entre le Tigré et Addis-Abeba.

Depuis deux jours, les combats se rapprochaient des faubourgs nord de la ville, où les forces rebelles tigréennes avaient positionné leurs batteries d’artillerie.

Dans la nuit de vendredi à samedi 30 octobre, les soldats de l’armée fédérale se sont retirés de Dessie, d’après des habitants, laissant le soin aux miliciens de défendre la ville.

Sans accès pour les journalistes, difficile de connaître la situation en temps réel à Dessie. Impossible donc de savoir si toute la ville est passé sous contrôle des rebelles tigréens.

À Addis-Abeba, le gouvernement refuse de reconnaître la chute de Dessie. La ville est toujours sous notre contrôle assure un porte-parole. Mais dans les rues d’Addis-Abeba, certains habitants s’inquiètent de l’avancée des rebelles tigréens, craignant que la prise de Dessie leur ouvre un boulevard vers la capitale.

Washington appelle les rebelles du TPLF à « stopper leurs avancées »

Les États-Unis ont condamné l’avancée des rebelles tigréens et exigent qu’ils se retirent des territoires conquis en régions Amhara et Afar.

« Les États-Unis sont gravement préoccupés par l’expansion des combats dans le nord de l’Éthiopie », indique Ned Price, porte-parole du département d’État dans un communiqué. « Nous réitérons notre appel au Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) à se retirer des régions d’Amhara et d’Afar, et à stopper ses avancées autour des villes de Dessie et de Kombolcha », a poursuivi Ned Price, en « exhortant le TPLF à ne pas utiliser l’artillerie contre les villes ».

Melv Le Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles