01192022Headline:

Éthiopie: une frappe de drone fait 56 morts dans un camp de déplacés du Tigré

La province est en guerre depuis plus d’un an face au gouvernement d’Addis-Abeba. Et malgré les récentes annonces d’arrêt des combats du Premier ministre d’Abiy Ahmed, l’armée éthiopienne continue ses frappes de drones.

Le 24 décembre dernier, un porte-parole gouvernemental avait annoncé que l’armée éthiopienne ne s’engagerait plus dans la province du Tigré. Au même moment, le leader des rebelles tigréens parlait de « donner une chance à la paix », soulevant ainsi des espoirs de cessez-le-feu parmi les observateurs du conflit.

À la place, depuis deux semaines, l’armée éthiopienne bombarde continuellement le Tigré depuis les airs. La dernière frappe, menée dans la nuit de vendredi à samedi, a fait au moins 56 morts selon des sources humanitaires. Elle a eu lieu sur une école servant de camp de déplacés à des civils tigréens dans le nord de la région.

Depuis la mi-octobre, au moins 202 civils seraient morts au Tigré sous les bombes des avions de chasses et des drones de l’armée éthiopienne.

Les hostilités continuent donc bel et bien loin des regards, la province étant privée de télécommunications. Privée également d’assistance humanitaire. Le blocus sur le Tigré est aujourd’hui total. Aucun convoi n’a pu atteindre la province depuis le 15 décembre, alors qu’au moins 400 000 personnes vivraient dans des conditions de famine.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles