12082021Headline:

Gabon: les chasseurs de brousses sous surveillance

A deux heures de pirogue de Lastourville, des scientifiques ont convaincu des villageois de les aider à évaluer l’impact de la chasse sur la faune sauvage. Un travail qui permet aussi d’introduire une veille sanitaire pour anticiper de futures zoonoses dans ces zones identifiées comme à risque.

Cyril, modeste chasseur de viande de brousse, est devenu un sujet d’étude. Lui qui ne possède qu’un fusil calibre 12 à un coup et une case en bois dans un village perdu au milieu de la forêt tropicale en reste tout étonné. « Un jour, des hommes sont arrivés, nous avons d’abord pensé qu’ils venaient pour faire un parc national », raconte l’homme long et sec, en se remémorant le sentiment d’effroi qui, d’une traite, avait traversé le village.

Au Gabon, comme dans le reste de l’Afrique centrale, la création des aires protégées s’accompagne d’une longue histoire de spoliations et d’expulsions que nul n’a oubliée. Ici, il faut déjà cohabiter avec les grandes concessions forestières qui encerclent le village. Mais les chercheurs n’avaient pas parcouru autant de kilomètres pour les déloger.

avec lemonde

Comments

comments

What Next?

Recent Articles