10222017Headline:

Gambie: Yaya Jammeh remanie son gouvernement

yaya-jammeh-remanie-son-gouvernement

Le président gambien Yahya Jammeh a remanié son gouvernement seulement une semaine après une tentative de coup d’État manquée.

Les portefeuilles ministériels redistribués comprennent ceux des Affaires étrangères, de l’Information et des Transports, et le remaniement a été révélé par un communiqué officiel aux médias qui ne précisait pas les raisons de cette mesure.

Cette décision survient une semaine après une attaque d’hommes lourdement armés contre le Palais d’État la semaine dernière, attaque menée par un ex-responsable de l’armée et repoussée par des forces loyales au président Jammeh, lequel était alors absent du pays.

L’ex-ministre de l’Information, Neneh Macdouall-Gaye, a été désigné ministre des Affaires étrangères en remplacement de Bala Garba Jahumpa, qui devient nouveau ministre des Transports. Sheriff Bojang, un responsable du journal The Standard, a été nommé au poste de ministre de l’Information.

S’exprimant à des milliers de partisans lors d’un « défilé de solidarité » mardi à Banjul, M. Jammeh a confirmé la mort du chef des attaquants qui ont tenté de le chasser du pouvoir le 30 décembre, d’après un reportage de The Standard. Le président n’a pas précisé l’identité de ces hommes, ni révélé le nombre de morts, selon ce reportage qui ajoute qu’il s’agit de la première confirmation officielle du décès des agresseurs.

Des reportages antérieurs indiquaient que l’ex-commandant du Palais d’État, le lieutenant-colonel Lamin Sanneh, meneur de ce coup d’État, avait été tué.

La Gambie a renforcé ses mesures de sécurité à la suite de cette tentative de coup d’État, et arrêté des dizaines de personnes suspectées d’implication dans cette attaque, selon des témoins et des sources militaires.

Selon le reportage de The Standard, M. Jammeh a réaffirmé dans son discours la loyauté de l’armée et des forces de sécurité. » Elles sont toutes derrière mois. Ce n’est que 0,009% (de ces forces) qui était corrompu », a-t-il dit.

Par ailleurs, les autorités des États-Unis ont inculpé deux ressortissants américains, Cherno Nije et Papa Faal (qui avait la double nationalité américaine et gambienne), en relation avec cette tentative de coup d’État.

Ces deux hommes se sont rendus dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest pour participer au lancement de cette tentative de coup d’État contre le gouvernement de M. Jammeh, et tous deux ont été arrêtés aux États-Unis à leur retour de Gambie.

Dans un discours télévisé peu après cette tentative de coup d’État, M. Jammeh a déclaré que cette attaque avait été perpétrée par « des dissidents basés aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni ».

« Ce n’était pas un coup d’État. C’était une attaque d’un groupe terroriste soutenu par certaines puissances que je ne souhaite pas nommer », a déclaré le président, au pouvoir dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest depuis 20 ans.

Le titre est de la rédaction

Autre presse

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment