10182018Headline:

Ghana: Armée et police se prononcent sur les bagarres à Tamalé, deux ministres convoqués au parlement

Des policiers en service et des militaires lors d’un défilé (ph archive)

© koaci.com– Vendredi 18 Mai 2018 – L’Armée et la police ghanéennes ont condamné les violences survenues le mercredi dernier à Tamalé entre leurs agents respectifs à Tamalé, la capitale de la région du nord du pays, et ont promis de sanctionner les auteurs des bagarres.

Pendant ce temps, le président du parlement ghanéen a convoqué les ministres de la Défense et celui de l’Intérieur au sujet des affrontements survenus à Tamalé. Les deux ministres ont quatre pour aller s’expliquer au parlement.
L’appli KOACI Android avec les notifications pays par pays en temps réel (cliquez ici pour installer) Ou Apple (cliquez et installez-la sur votre iPhone ou iPad)

Dans une déclaration conjointe publiée et signée par le Commissaire adjoint de la police David Eklu et le directeur des relations publiques des Forces Armées Ghanéennes (GAF), le Colonel Aggrey Quarshie, les deux corps ont annoncé ne pas qu’ils ne toléreront pas de tels actes d’anarchie par les hommes en uniforme.

En vue de faire la lumière sur les incidents qui sont survenus et qui ont occasion une dizaine de blessés parmi les policiers, l’Armée et la police ont décidé de mener une enquête et de prendre des mesures punitives contre des agents de sécurité qui se sont fait justice eux même.

Pour le rappel des faits, des policiers avaient arrêté et menotté un militaire suite à une plainte porté contre lui par un chauffeur de taxi pour agression. Le sort réservé militaire par les policiers n’a pas plu aux autres militaires dans la ville, lesquels sont sortis pour se venger. Ces militaires disent ne pas comprendre pourquoi l’un de leurs hommes soit arrêté par la police et interrogé sur une agression présumée. L’incident a rendu des policiers furieux contre des menaces de représailles.

En attendant les suites de l’enquête sur l’incident qui s’est produit entre militaires et policiers, Joel Sowu, un capitaine de l’Armée à la retraite a attribué l’attaque subie par des policiers de la part des militaires à l’échec des policiers à respecter la procédure régulière pour examiner les crimes impliquant des militaires. En tout, Sowu a déduit que cet incident est né du manque de respect de la police envers les militaires.

 

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment