07192024Headline:

Ghana/ Elections Présidentielle et législatives : les résultats vivement attendus

Au Ghana, les résultats des élections présidentielle et législatives, qui ont eu lieu lundi, n’ont pas encore été communiqués. Alors que le ton monte entre les deux candidats à la présidentielle, la commission électorale, chargée d’annoncer les résultats officiels, a appelé le pays à être “patient”.
Le ton se durcit entre le gouvernement et l’opposition au Ghana, dans l’attente des résultats des élections présidentielle et législatives qui ont eu lieu lundi. Les scores s’annoncent serrés au vu des premiers décomptes publiés mercredi 9 décembre.

La commission électorale du Ghana a appelé le pays être “patient” et a publié les résultats de 7 régions sur 16, plaçant le candidat de l’opposition John Mahama en tête devant le président sortant Nana Akufo-Addo, en lice pour un second mandat.

Mardi soir, John Mahama avait taxé le chef de l’État d'”anti-démocratique” et prévenu qu’il “résisterait à toute tentative de vol du scrutin” alors que la rumeur selon laquelle il avait concédé la victoire circulait depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux.

John Mahama a également assuré que son parti avait remporté la majorité au parlement, déclarations aussitôt démenties par le ministre de l’Information Kojo Oppong Nkrumah lors d’une conférence de presse : “Aucun candidat à ce stade ne devrait saper le travail de la Commission électorale, c’est irresponsable et cela mettrait en danger la paix dans le pays”.
Plus tôt dans la journée, la présidence avait publié des estimations de résultats portant sur 91 % des bureaux de votes, et donnant le chef de l’État sortant vainqueur avec 52,25 % des voix, contre 46,44 % pour John Mahama, contrairement aux protocoles en vigueur.

La Commission électorale est en effet la seule autorité habilitée à annoncer les résultats officiels et à proclamer le vainqueur.

La Cédéao appelle à “préserver la paix”
La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a appelé les deux candidats à “préserver la paix” et les institutions à “poursuivre leur travail avec transparence et professionnalisme”.

Les élections s’étaient déroulées lundi globalement dans le calme, hormis quelques incidents mineurs. Le scrutin avait même été salué comme un exemple à suivre en Afrique de l’Ouest par les observateurs internationaux.

Trois jours avant le jour de vote, le président et son prédécesseur John Mahama ont signé un “pacte de paix”. Ils se sont engagés à ne promouvoir aucune violence lors du vote et à la proclamation des résultats.

Ces deux adversaires politiques de longue date s’affrontent pour la troisième fois, avec lors des deux précédents scrutins des résultats serrés. En 2012, John Mahama l’avait emporté avec 50,7 % des voix, puis en 2016 ce fut Nana Akufo-Addo avec 53,8 %.
france24

What Next?

Recent Articles