05272022Headline:

Idriss Déby: comment RFI a enquêté sur la mort du président tchadien

Le 20 avril 2021, le porte-parole de l’armée tchadienne annonçait à la télévision d’État, la mort du président Idriss Déby Itno. Décédé alors qu’il commandait ses hommes dans des combats contre des rebelles dans le nord du pays. Que s’est-il vraiment passé ce jour-là ? Un an après, pour tenter de répondre à la question, cinq journalistes de RFI ont enquêté et publié une série d’articles en quatre volets. François Mazet, l’un des co-auteurs, répond à Témoins d’actu.

Dans cet épisode de Témoins d’actu, François Mazet, commence par rappeler quelle était la situation politique du Tchad au moment du décès d’Idriss Déby : « Le 11 avril, Idriss Déby venait de remporter un 6e mandat de président. Ce même jour, le Fact, le front pour l’alternance et la concorde au Tchad annonçait avoir lancé une offensive de la Libye voisine. L’objectif de ces rebelles était de traverser le pays et de renverser le pouvoir ».

Quelques jours plus tard, voyant que les rebelles progressaient plus rapidement que prévu Idriss Déby décide de se rendre au front avec ses troupes. L’affrontement a eu lieu dans la province de Kanem à l’ouest du Tchad. Le président tchadien meurt de ses blessures. Les circonstances de son décès vont très vite faire l’objet de rumeurs, explique François : « Le fait qu’Idriss Déby ait eu le pouvoir pendant trente ans, cela a eu pour effet de décrédibiliser la parole officielle. Très rapidement, certains ont dit que tout cela n’était pas vrai, qu’il n’était pas mort au combat, évoquant la possibilité d’un règlement de comptes au sein de son propre camp. Aujourd’hui, selon ce que nous avons appris au cours de cette enquête, cette théorie semble écartée, tout comme celle d’un complot, pourtant très relayée au sein de la population tchadienne ».

Pour tenter d’en savoir plus, nous avons mis nos forces en commun, poursuit François : « J’ai été à N’Djamena pour rencontrer notamment des militaires, des proches d’Idriss Déby mais aussi des opposants et des chercheurs. Florence Morice s’est rendue deux fois à Doha au Qatar, où se tient depuis plus d’un mois un pré-dialogue avec les groupes rebelles. Elle s’est aussi entretenue avec des officiels tchadiens appartenant aux renseignements. Franck Alexandre, s’est quant à lui entretenu avec le patron de la force Barkhane au moment des faits. Esdras Ndikumana, et Madjiasra Nako ont aussi mené plusieurs entretiens. Nous avons ensuite recoupé les informations qui allaient dans le même sens et mis en perspective les témoignages plus divergents ».

Comments

comments

What Next?

Recent Articles