03282017Headline:

Ingérence dans la présidentielle au Gabon :le présumé cerveau des hackers demasqué, encore un ivoirien « chargé de mission » à la présidence de C I

jean ping

L’Ivoirien Jean-Marc Zoé, présenté comme un « chargé de mission » à la présidence de la République de Côte d’Ivoire, a été cité comme le commanditaire des opérations de cybercriminalité visant à modifier les résultats de l’élection présidentielle gabonaise du 27 août 2016 au profit de Jean Ping.   

Celui que l’on présente comme un surdoué en informatique, « a été recruté par Albert Flindé (conseiller spécial avec rang de ministre auprès du président ivoirien Alassane Ouattara) pour son compte personnel », a confié le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI, un parti membre de la coalition au pouvoir), Laurent Bogui Tchagba, interrogé par le quotidien ivoirien SoirInfo« J’avoue que le jeune Marc Zoé a effectivement travaillé, je ne peux le cacher, avec le ministre Albert Flindé, quand j’étais directeur de cabinet du ministre Flindé au ministère des Transports, il a effectivement travaillé avec le ministre Flindé, pour ses affaires d’élections à la mairie de Man (ouest ivoirien)», a-t-il dit.

« Le ministre Albert Flindé est actuellement au cabinet du président de la République, en qualité de conseiller spécial où il fait travailler Jean-Marc Zoé pour son propre compte. Moi, en tant que secrétaire général de l’UDPCI, il n’est plus dans mon staff. Jean-Marc travaille plutôt au Cabinet du ministre Flindé à la présidence, dans le staff personnel de celui-ci », a-t-il ajouté. Avant de préciser : « il est dans l’équipe du ministre Albert Flindé comme informaticien».

Sihifowa Yéo, le chef de cyber-cellule, interpellé à Libreville dans l’affaire d’ingérence dans la présidentielle au Gabob, a, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, déclaré qu’il avait été «envoyé » par Jean-Marc Zoé, « un Ivoirien qui travaille à la présidence de Côte d’Ivoire » comme « chargé de mission ».

Mamadi Diané, ex-Conseiller du président Alassane Ouattara, accusé dans les premières heures par les autorités gabonaises d’avoir mis sur pied « une application pirate » dénommée « Regardez les élections au Gabon –REGAB-», en complicité avec Yeo Shifowa pour le compte de Jean Ping, a été limogé par le chef de l’Etat ivoirien.

Yéo (35 ans), a révélé avoir été contacté pour se rendre au Gabon afin de «mettre en place un système de collecte de données relatives aux élections présidentielles pour le compte du candidat Ping », donné perdant à l’issue du scrutin par la commission électorale. En plus de « l’échange de données incontrôlée », cette application est « reconnue pour pirater l’ensemble des données personnelles de ses utilisateurs ».

Ce jeune ivoirien, dirigeant cette cyber-cellule, a indiqué que lors de la proclamation des résultats provisoires, mercredi soir, l’application avait recueilli les données issues de « moins de 1.600 bureaux de vote dépouillés » sur « 2.579 » à travers le pays.

Les autorités gabonaises avaient accusé la France et des ressortissants ivoiriens d’ingérence dans la présidentielle au Gabon, dont les résultats provisoires proclamés, il y a une semaine, donnent vainqueur Ali Bongo avec 49,80 % des suffrages contre 48,23 % pour son rival Jean Ping, qui rejette ce résultat.

© OEIL D’AFRIQUE

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment