08202018Headline:

Journée meurtrière à Gaza, la France condamne les violences des forces armées israéliennes

Tandis que l’État hébreu fêtait le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem lundi, au moins 55 personnes ont péri sous les balles israéliennes, dont plusieurs mineurs de moins de 16 ans, et plus de 1.350 blessés par balles ont été recensées, selon les autorités locales. À l’ONU, une demande d’enquête indépendante a été bloquée par les États-Unis.

 

Le bilan est lourd. Alors que la nouvelle ambassade des États-Unis, transférée de Tel Aviv à Jérusalem, était inaugurée lundi en présence d’Ivanka Trump, les forces israéliennes ont abattu au moins 55 manifestants palestiniens, dont au moins six mineurs, et en ont blessé 2.400 autres, alors qu’ils protestaient du côté gazaoui de la frontière avec Israël (selon des chiffres du ministère palestinien de la Santé). Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a justifié ces actions comme de l’auto-défense, défendant sur Twitter que “chaque pays a le devoir de défendre ses frontières.”

De son côté, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a annoncé trois jours de deuil dans les territoires palestiniens et une grève générale ce mardi 15 mai.

Israël et les États-Unis isolés face à la communauté internationale

Lundi soir, l’administration américaine est allée dans le sens de Benyamin Netanyahou, en imputant au Hamas (organisation palestinienne) la responsabilité de la mort de plusieurs dizaines de personnes, bien que ce dernier a démenti être l’instigateur des violences.

“La responsabilité de ces morts tragiques incombe absolument au Hamas. C’est intentionnellement et avec cynisme que le Hamas provoque cette réaction”, a déclaré Raj Shah, un porte-parole de la Maison Blanche, lors d’un point presse.

Par ailleurs, au Conseil de sécurité des Nations unies, les États-Unis ont usé de leur droit de veto pour bloquer l’adoption d’un texte appelant à une enquête indépendante sur ces événements meurtriers survenus dans la bande de Gaza. “Ces crimes de guerre ne doivent pas rester impunis. La communauté internationale a la responsabilité de fournir une protection internationale au peuple palestinien”, a estimé le responsable palestinien Saëb Erekat qui a fait partie de toutes les équipes de négociateurs avec Israël.

La France appelle Israël à “la retenue”

Par la voix d’Emmanuel Macron, la France a condamné les violences des forces armées israéliennes. Le chef de l’État, qui s’est entretenu au téléphone avec son homologue palestinien et le roi de Jordanie Abdallah II, a ajouté qu’il parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours.

Selon l’Élysée, il a également souligné lors de ces échanges “le droit des Palestiniens à la paix et à la sécurité” et a “réaffirmé son attachement à la sécurité d’Israël et la position constante en faveur d’une solution à deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans des frontières sûres et reconnues”.

Plus tôt, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a exhorté les autorités israéliennes au “discernement” et “à la retenue dans l’usage de la force”, réaffirmant par la même occasion que le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem contrevenait au droit international.

“(Le statut de la ville) ne pourra être déterminé qu’entre les parties, dans un cadre négocié sous l’égide de la communauté internationale”.

Le président turc accuse Israël de “génocide”

Face à des étudiants turcs à Londres, Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi Israël de “terrorisme d’État” et de “génocide”, allant dans le sens de son Premier ministre Binali Yildirim qui a estimé plus tôt que les États-Unis et Israël sont partenaires de “crime contre l’humanité”.

Le pays a rappelé pour consultations ses ambassadeurs en Israël et aux États-Unis.

 

 

imatin.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment