11162018Headline:

Le PCA de Coris Bank du Burkina qualifie les propos d’Issa Zida de “diffamatoires”

Idrissa Nassa, président du conseil d’administration (PCA) de Coris Bank International a dénoncé mardi des “propos mensongers et diffamatoires” à l’encontre de la banque contenus dans le livre-témoignage de l’ex-Premier ministre burkinabè Isaac Zida.

M. Nassa affirme que la banque s’est vue “obligée de faire abstraction de (son) devoir de réserve (et) à réagir aux propos mensongers et purement diffamatoires” tenus par l’ex-chef du gouvernement de la transition burkinabè, “dans une volonté légitime de s’auto-blanchir”.

Dans son livre-témoignage qui vient de paraître, intitulé “Je sais qui je suis”, Yacouba Isaac Zida déclare en substance qu’Idrissa Nassa est venu lui notifier “dès les premiers jours de la transition” l’existence de trois comptes bancaires “ouverts depuis de nombreuses années à Coris Bank International”, dont le gestionnaire était François Compaoré, frère cadet de l’ex-président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir en octobre 2014 par une insurrection populaire.

Issac Zida soutient qu’Idrissa Nassa “avait l’intention” de lui remettre tous les fonds, “mais cette méthode opaque de gestion était contraire” à ses principes.

Le PCA qui bat en brèche ces allégations, a soutenu pour sa part que la banque a été convoquée via un appel téléphonique du colonel Alain Ouédraogo (ex-Chef d’Etat-major adjoint de la gendarmerie) et reçue le 5 novembre 2014 par Isaac Zida et les colonels Auguste Denise Barry et Boubacar Bâ.

Selon Idrissa Nassa, la banque a par la suite subi des “pressions” et des “menaces à peine voilées” de Zida pour que soient mis à sa “disposition immédiate” les fonds des comptes qui, précise-t-il, sont des comptes de la présidence et non des comptes appartenant à Blaise Compaoré, son épouse Chantal et son frère François Compaoré, comme le pensait l’ex-Premier ministre.

“Soucieux du respect scrupuleux des procédures bancaires, en toute courtoisie nous lui avons marqué un refus assorti de la stricte indication des voies légales à suivre pour que ces comptes soient utilisables”, a dit M. Nassa.

Après des démarches administratives, les fonds ont été transférés sur un compte dont mandataires étaient le lieutenant-colonel Théophile Nikiéma et Louis Marie Achille Tapsoba. Et les retraits ont débuté le 27 novembre.

“Quand on sait qui on est, suivant le titre du livre, on doit savoir se défendre avec honneur et dignité sans chercher à salir les autres”, a déclaré Idrissa Nassa, ajoutant qu’Isaac Zida a “l’obligation morale de rétablir la vérité”.

 

lequotidient.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment