10232017Headline:

Le president Roch Marc Christian Kaboré prend d’importantes decisions au Burkina Faso

kabore

Le gouvernement a décidé de réduire les crédits téléphoniques accordés au chef de l’État, aux ministres et aux présidents d’institutions. D’autres mesures de réduction du train de vie de l’État ont aussi été annoncées.

Changer de mode de gouvernance pour en finir avec la gabegie des deniers publics. Tel était un des leitmotivs de Roch Marc Christian Kaboré lorsqu’il était candidat à la présidence de la République. Désormais installé à Kosyam, « Roch » fait attention à respecter sa parole. S’il semble encore loin de rouler en 4L comme Thomas Sankara, le président burkinabè a décidé d’adopter plusieurs mesures symboliques visant à réduire le train de vie de l’État.

Mercredi 30 mars, le gouvernement a ainsi annoncé avoir adopté un rapport sur le plafonnement des crédits de communication téléphonique du chef de l’État, des ministres, et de différents présidents d’institutions ou d’administrations publiques.

Réglementer l’utilisation des véhicules de l’État

Selon le compte-rendu du conseil des ministres, le président du Faso, le Premier ministre, le ministre chargé de la Défense (c’est à dire Roch Marc Christian Kaboré), le ministre de la Sécurité et celui des Affaires étrangères verront leurs crédits mensuels limités à 400 000 F CFA (soit 610 euros). Quant aux autres ministres et aux présidents d’institutions, ils seront plafonnés à 200 000 F CFA (305 euros).

D’autres mesures symboliques ont aussi été adoptées par le gouvernement, notamment un décret sur la réglementation générale de l’utilisation des véhicules de l’État et des organismes publics, qui vise à « optimiser l’utilisation et à rationaliser la gestion des véhicules » étatiques.

Économie d’eau et d’électricité

Un rapport portant sur les mesures d’économie des dépenses de consommation d’eau, d’électricité et de téléphone des administrations publiques a aussi été approuvé par le Conseil des ministres. Là encore, l’objectif est de réduire les factures dans les différents ministères et de faire des économies dans le budget de l’État.

Reste, maintenant, à ce que les paroles se transforment en actes à tous les niveaux de l’État. Le gouvernement assure avoir donné des instructions dans tous les départements ministériels pour que ces mesures soient appliquées et qu’elles ne restent pas au stade de symbole.

Benjamin Roger

J A

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment