05252022Headline:

Les rebelles burundais refusent les exigences du mini-sommet de Nairobi

Lors du mini-sommet consacré à la sécurité à l’est de la République démocratique du Congo jeudi 21 avril à Nairobi, les chefs d’État du Burundi, du Kenya, de l’Ouganda, de la RDC et du Rwanda ont décidé de soutenir Kinshasa dans sa lutte contre les groupes armés qui y sévissent. Le président burundais a lancé un appel aux groupes armés burundais, qu’il avait qualifiés de « criminels », à déposer les armes et à rentrer. Un message qui ne passe pas pour le principal groupe rebelle burundais, le RED – Tabara.

Le groupe Résistance pour un État de Droit (RED) – Tabara a dénoncé dans un communiqué du 24 avril un « langage insultant » et des « propos méprisants » à l’égard « des milliers de Burundais qui ont fui la terreur du parti CNDD-FDD » du président Évariste Ndayishimiye. Cela avant d’opposer, à lui et à ses pairs de la communauté des États d’Afrique de l’Est, une fin de non-recevoir.

Le groupe affirme qu’il « ne déposera ses armes que lorsque le droit aux élections libres et crédibles (…) sera totalement rétabli » au Burundi, selon son porte-parole Patrick Nahimana.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles