05232017Headline:

Libération de Gbagbo : des Ghanéens aussi preparent quelque chose pour l’ex-président ivoirien/ce qu’ils vont faire…

cpi gbagbo

Des Ghanéens ne veulent pas rester en marge de la pétition lancée par des pro-Gbagbo, pour la libération de l’ex-président ivoirien détenu à La Haye.

Après la cérémonie d’Abidjan initiée, mercredi 22 juin 2016, par l’ancien Premier ministre togolais, Joseph Koffigoh, et le célèbre écrivain ivoirien, Bernard B. Dadié, des hommes du pays de John Dramani Mahama, ont décidé de prendre la relève.

On apprend du côté du Ghana, que « le célèbre journaliste Ghanéen », Kwassi Pratt Jr est le Président du comité d’organisation (Pco) d’une autre cérémonie de lancement de la signature de la pétition pour la libération de Laurent Gbagbo, ce mardi 12 juillet 2016 à 15 h, au Teatcher’s Hall (non loin du siège de Tigo à Adabraka) à Accra au Ghana.

Kwassi Pratt Jr est aussi présenté, par notre source, comme un « homme de gauche, syndicaliste et panafricaniste confirmé, président du Forum des socialistes du Ghana et Secrétaire général du Congrès panafrican (mouvement international de lutte pour l’émancipation du peuple Africain, créé par Kwame Nkrumah et les autres pères du panafricanisme) ». Le lancement sera suivi, précise notre informateur, d’une grande campagne de signature de la pétition à travers tout le Ghana. « La question de la libération du président Laurent Gbagbo est une question qui transcende la seule Côte d’Ivoire. C’est une question vitale pour l’éclosion d’une nouvelle Afrique. C’est une question qui concerne tous les démocrates et panafricainistes du monde, et le Ghana, pays panafricaniste par excellence, ne pouvait pas ne pas prendre cette question à bras le corps. La libération du président Laurent Gbagbo s’obtiendra donc avec les panafricainistes ghanéens, et cela, vous pouvez y compter », a confié à notre source, le Pco, Kwassi Pratt Jr.

C’est sûr que les « Gbagbo ou rien », réunis au sein de la Coordination du Front populaire ivoirien (Fpi) en exil, et de la Coordination des patriotes Ivoiriens en exil (Copie), ne vont pas se faire prier pour prendre part activement à cette cérémonie à Accra. Celle-ci intervient après celle d’Abidjan lancée, mercredi 22 juin 2016, à la Riviera-Palmeraie, par Joseph Koffigoh et Bernard B. Dadié.

De nombreux hommes politiques, au nombre desquels, Anaky Kobenan, Aka Ahizi Daniel, Mamadou Koulibaly, Martial Ahipeaud, Bah Enoch, Abou Drahamane Sangaré, Michel Gbagbo, Danièle Boni Clavérie…, avaient signé, ce jour-là, la pétition.

Les initiateurs, qui comptent avoir en trois mois, au moins 20 millions de pétitionnaires, avaient annoncé en avoir obtenu, au lancement de 8 heures à l’heure de la cérémonie, 29 654 signatures physiques, dans la capitale économique ivoirienne. « La forte mobilisation autour du procès de Laurent Gbagbo, est un signal fort contre les pratiques mafieuses de l’impérialisme. La libération de Laurent Gbagbo apparaît comme une exigence humaine de respect des droits de l’Homme, et un impératif pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale », avait déclaré, à cette occasion, Samuel Harding, au nom de Bernard B. Dadié.

SYLLA Arouna

 linfodrome.com,

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment