09212018Headline:

Mali : Boubèye Maïga envisage échanger avec l’opposition ?

Le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, rencontre vendredi à Bamako les candidats en lice pour la présidentielle du dimanche, pour tenter de résoudre le contentieux lié au fichier électoral que des membres de l’opposition jugent “parallèle” avec des “anomalies”, ont rapporté leurs mandataires à l’issue d’une réunion jeudi soir à la Primature.

“Le Premier ministre a voulu rencontrer les candidats” et demandé aux mandataires de lui “faire parvenir (leurs) propositions”, a affirmé Boubacar Sidick Fomba, coordonnateur des 20 candidats signataires d’un communiqué réclamant une “rencontre de haut niveau” censée regrouper, outre Boubèye Maïga, “les candidats, les observateurs internationaux et la Commission électorale nationale indépendante (CENI)”.

Cette rencontre “devrait être sanctionnée par des propositions techniques pour une élection apaisée (…) crédible et transparente pour instaurer un climat de confiance”, a poursuivi M. Fomba, face à la presse nationale et internationale.

“Nous voulons aller aux élections mais nous voulons être rassurés”, a-t-il ajouté, souhaitant que des “propositions importantes” soient prises en compte afin d’”éviter un conflit postélectoral” au Mali.

Vendredi, le camp du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, candidat à la présidentielle, a relevé des “anomalies” sur le fichier électoral et exigé des “corrections urgentes” avant le scrutin.

Tiébilé Dramé, le directeur de campagne de M. Cissé, a dénoncé la publication en ligne d’un “fichier parallèle” comportant “des doublons”, différent du fichier audité en avril par un comité d’experts internationaux.

Depuis, le gouvernement et les responsables de la CENI n’ont de cesse de répéter qu’”il n’y a qu’un seul fichier électoral”. Soumeylou Boubèye Maïga avait par ailleurs annoncé la création d’un “cadre de concertation avec les experts nationaux ayant participé à l’audit du fichier électoral et les experts de tous les candidats qui le souhaitent”.

“Jusqu’à preuve du contraire, il y a un fichier parallèle”, a insisté jeudi soir Malick Touré, mandataire de l’Union pour la République et la démocratie (URD) de Soumaïla Cissé, ajoutant toutefois que “ce fichier ne peut remettre en cause l’élection” présidentielle.

Selon M. Touré, l’Urd a “des solutions techniques pour assurer un minimum de confiance dans le processus” en cas de “fraude (…) programmée”.

Le directeur de campagne de M. Cissé a estimé à plus d’1,2 million de voix “le potentiel de fraude” sur ce fichier qui comporte également “des électeurs supplémentaires, des bureaux de votes additionnels”, selon lui.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment