05272022Headline:

Mali: « La CEDEAO parle de force en attente, notre armée les attend de pied ferme », PM malien

Alors que la CEDEAO a décidé d’activer sa force militaire en attente dans l’éventualité d’intervenir au Mali et d’y chasser les autorités de la transition, le Premier ministre Choguel Maiga a indiqué que l’armée et le peuple malien les attendent « de pied ferme ».

Les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont décidé de sanctionner le Mali en l’isolant de la scène régionale par la fermeture des frontières et en gelant également ses avoirs dans les banques centrales et commerciales. Des sanctions qui interviennent alors que l’organisation accuse le gouvernement de transition au Mali de vouloir s’éterniser au pouvoir. Outre cela, un embargo commercial a été imposé puis en fin, la CEDEAO a annoncé l’activation de sa force militaire en attente, dans l’objectif de chasser Goita et son équipe du pouvoir.

Après ses sanctions le Mali a exprimé sa colère et a rejeté les accusations de prise d’otage du peuple tout en condamnant la décision de ses voisins ouest-africains. Dans un entretien avec la télévision nationale, le Premier ministre malien Choguel Maiga, a évoqué la question de la force en attente de la CEDEAO et a avertis que le Mali se défendrait contre toute agression éventuelle.

« La CEDEAO parle de force d’attente aujourd’hui pour nous intimider. Ceux qui veulent nous intimider, notre peuple et notre armée les attendent de pied ferme », a clairement martelé le Premier ministre du Mali, mettant en garde l’organisation régionale. Une déclaration qui dénote de la confiance des autorités maliennes au peuple et à ses forces militaires.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles