09202018Headline:

Mali: La CNDH inquiète des tensions qui règnent dans le pays ?

La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) au Mali, a exprimé lundi sa “préoccupation” vis-à-vis de “l’évolution du climat politique (malien), marqué par les prémices d’une crise post-électorale”, dans une note.

“La CNDH observe avec une vive préoccupation l’évolution du climat politique marqué notamment par les prémices d’une crise post-électorale redoutable”, indique le communiqué qui évoque des “allégations d’enlèvement d’acteurs politiques, (des) marches de protestation, (de) contestation d’institutions constitutionnelles, (d’) attaques en règle contre des membres de la Cour constitutionnelle”.

Selon les résultats définitifs officiels du second tour de la présidentielle malienne, le président sortant, Ibrahim Boubacar Kéita, dit IBK a obtenu 67,16% des suffrages, contre 32,84% pour son adversaire M. Cissé, avec un taux de participation de 34,42%.

Samedi, M. Cissé qui refuse d’accepter les résultats officiels de la présidentielle malienne, estimant en être “le vainqueur légitime”, a manifesté dans les rues de Bamako (capitale du Mali) pour la 3e fois, aux côtés de plus d’un millier de partisans.

Dimanche nuit, Paul Ismael Boro, ancien secrétaire général de section du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir), devenu allié de Soumaila Cissé, a été “enlevé à son domicile par des inconnus”, a rapporté le service communication de l’opposant.

“Le droit de contester et de protester résulte des principes démocratiques, mais doit s’exercer exclusivement par les voies légales et de façon pacifique”, a rappelé dans le document le président du CNDH, Malick Coulibaly, invitant “les acteurs politiques et les populations à faire preuve de lucidité, de retenue et de clairvoyance afin d’éviter (au Mali), déjà éprouvé, une crise politique et institutionnelle aux conséquences néfastes et imprévisibles”.

 

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment