01182022Headline:

Mali: la rue malienne gronde et soutient la junte

Journée de mobilisation aujourd’hui au Mali, à l’appel de la junte au pouvoir qui dénonce les sanctions économiques imposées par la Cédéao. Étant rappelé que les chefs des diplomaties européennes s’apprêtent également à adopter aujourd’hui des sanctions contre la junte malienne, « Bamako ne faiblit pas face aux sanctions de la Cédéao », lance le site Maliweb. « Il est temps de montrer ce que nous sommes, des héritiers de Modibo Keita », a indiqué Moussa Diarra, ancien député cité par ce journal en ligne. Porte-parole du mouvement Yèrèwolo, Adama Ben Diarra, également cité par maliweb, a appelé les Maliens à sortir massivement pour « montrer leur soutien à la transition » et il a dénoncé ce qu’il a appelé l’« embargo de la France » sur le Mali.

De son côté, le quotidien Le Républicain souligne que d’autres rassemblements sont prévus aujourd’hui « à l’intérieur et à l’extérieur du pays ». L’objectif de ces mouvements de mobilisation est « clair comme l’eau de roche. Il s’agit de répondre à la Cédéao et à l’UEMOA, suite aux sanctions infligées au Mali », lors du sommet extraordinaire tenu à Accra, au Ghana, rapporte Le Républicain.

Le panafricaniste Gbagbo soutient le peuple malien
La presse malienne, mais pas que. En Côte d’Ivoire, le Mali est également à la Une de quelques quotidiens. Et pour cause, puisque, comme le souligne Jeune Afrique, l’ex-président Laurent Gbagbo mais aussi la star du reggae Alpha Blondy, à l’instar de nombre de mouvement citoyens, dénoncent les sanctions contre Bamako.

Dans un communiqué, publié le 11 janvier, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, « conformément à son orientation panafricaniste résolue », déclare se tenir « fermement aux côtés du peuple frère du Mali » et trouve « excessives et impertinentes les mesures de rétorsions prises par la Cédéao ». Figure respectée de la gauche africaine, l’ex-chef de l’État se dit par ailleurs prêt à « accompagner toute approche de règlement pacifique de la crise au Mali », énonce Jeune Afrique.

« Jagger » aussi…
Lequel site rapporte également les déclarations, filmées dans un video qui circule, par Alpha Blondy, la star ivoirienne du reggae, qui a « vivement » réagi aux sanctions imposées à Bamako. « Je voudrais m’adresser à tous les présidents de la Cédéao. Ces sanctions que vous avez adoptées contre le Mali sont un aveu de votre impuissance. Les Maliens n’ont pas à être victimes de votre incapacité à trouver une solution au problème jihadiste auquel le Mali fait face », a dit Alpha Blondy, rappelle Jeune Afrique.

Dans les kiosques, en Côte d’Ivoire, où d’ordinaire, les titres sont peu fréquemment consacrés à l’actualité hors de frontières du pays, la presse dite « bleue », c’est-à-dire celle qui est proche de Laurent Gbagbo, évoque la question malienne.

Ainsi, le quotidien Le Temps affirme que, dans cette affaire « l’Elysée se dévoile enfin » ! Selon ce journal, « la méthode en la matière ne change pas. Elle est identique, surtout lorsque les Occidentaux se sentent menacés par la volonté des Africains de prendre leur destin en mains ».

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles