09192018Headline:

Mali: Soumaïla Cissé appelle à une marche contre la victoire d’IBK.

Au lendemain de la proclamation de la réélection d’IBK à la présidentielle malienne, Soumaïla Cissé est monté au créneau pour contester vigoureusement ces résultats. Le chef de file de l’opposition appelle ses partisans à une “marche pacifique” à Bamako.

Selon les résultats du second tour des élections proclamés, ce jeudi, par Mohamed Ag Erlaf, ministre de l’Administration territoriale, le président sortant Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK, crédité de 67,17% des suffrages, a remporté le scrutin présidentiel devant son challenger, Soumaïla Cissé, qui lui, a récolté un taux de 32,83%. Cependant, l’opposant qui dénonce de nombreuses irrégularités au cours de cette présidentielle n’entend pas se laisser « voler sa victoire ».

Lors d’un point de presse devant ses partisans gonflés à bloc et qui lui attribuaient déjà le titre de “Président”, ce vendredi, le candidat malheureux à la présidentielle s’est voulu formel : « Je rejette catégoriquement et sans équivoque les résultats proclamés par le ministère de l’Administration territoriale. Je refuse et dénonce ces résultats qui ne sont que supercherie, mascarade, parodie et mensonges. »

Poursuivant, il indique qu’il est le véritable vainqueur de ces élections : « J’ai gagné cette élection avec 51,75% et le président sortant a eu 48,25%. » Aussi, contrairement à la présidentielle de 2013, où il a reconnu sa défaite et félicité le vainqueur, Soumaïla Cissé entend cette fois-ci descendre dans la rue pour manifester sa désapprobation contre ces résultats.

A cet effet, le leader de l’Union pour la république et la démocratie (URD) appelle ses militants à une marche pacifique, ce samedi 18 août, dans la capitale malienne. Il compte par ailleurs déposer un recours devant la Cour constitutionnelle du Mali.

Toutefois, l’on redoute que l’appel à manifestation de l’opposant malien débouche sur des violences postélectorales aux conséquences incalculables. Les autorités maliennes et la communauté internationale veillent donc à éviter que ce pays, qui souffre déjà de la présence de groupes armés terroristes, sombre dans une autre spirale de violence.

Notons qu’après la proclamation des résultats provisoires, plusieurs personnalités internationales, notamment Emmanuel Macron, François Hollande, Antonio Guterres, Macky Sall, ont déjà appelé le président IBK pour le féliciter pour sa réélection.

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment