10052022Headline:

Mali : trois soldats et trois « terroristes » tués dans une série d’attaques.

A soldier of FAMa (Forces armees du Mali, Malian Armed Forces) stands guard on June 4, 2015, at Goundam 80 km east of Timbuktu, central Mali during a joint operation “La Madine 3” with Malian forces and French soldiers of the 93 th Regiment d’Artillerie de Montagne (based in Vars, southeastern France) of the Operation Barkhane, an anti-terrorist operation in the Sahel. AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Ces attaques dans le centre et l’ouest du pays sont partiellement imputées par l’armée malienne au groupe djihadiste Katiba Macina, proche d’Al-Qaida.

Les violences djihadistes sont en recrudescence au Mali, où l’armée a annoncé, jeudi 21 juillet, la mort de trois soldats et trois « terroristes », tués au cours d’une série d’attaques perpétrées dans le centre et l’ouest du pays. Dans un communiqué, l’armée a imputé les attaques de la matinée à la Katiba Macina, affiliée au groupe djihadiste Al-Qaida.

A Douentza (centre du pays), une attaque au véhicule piégé suivie de tirs dirigés contre un poste militaire vers 6 h 30, heure locale (7 h 30, heure de Paris), a fait un mort et treize blessés parmi les soldats ; trois morts parmi les assaillants, fair savoir le communiqué.

A Kolokani, à 120 kilomètres au nord de Bamako (Centre), « aux environs de 5 h 30, des attaques complexes et simultanées ont visé le détachement de la force antiterroriste et la Brigade territoriale de la gendarmerie », faisant deux morts et trois blessés parmi les soldats.

D’autres attaques ont été enregistrées dans les localités de Koro, Ségou, Bapho et Mopti, sans faire de victimes. Jeudi, l’armée malienne avait déjà annoncé avoir « neutralisé » une cinquantaine de « terroristes » lors de plusieurs opérations menées entre le 14 et le 18 juillet dans le centre et l’est du pays.

Le Mali, pays pauvre et enclavé du Sahel, est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis le déclenchement d’insurrections indépendantiste et djihadiste en 2012 dans le Nord. Le pays a été le théâtre de deux coups d’Etat militaires, en août 2020 et en mai 2021.La junte au pouvoir à Bamako s’est détournée de la France et de ses partenaires, à la faveur de la Russie, pour tenter d’endiguer la propagation djihadiste qui a gagné le centre du pays ainsi que le Burkina Faso et le Niger voisins.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles