10232017Headline:

Mandat d’arrêt– Burkina : “la mauvaise idée de Soro pour désavouer Roch Kaboré”

soro-ouattara-ci

Soro a vite fait de relayer sur sa page Facebook le compte-rendu de la visite de la section locale de la jeunesse du MPP, le parti au pouvoir au Burkina Faso, qu’il avait pris également le soin de publier sur son site internet. Selon toute vraisemblance, mal lui en a pris de procéder ainsi pour aplanir les tensions avec le voisin burkinabè, a-t-on appris de La Tribune ivoirienne.

Soro se fait rabrouer par le MPP.
Soro est dans le viseur de la justice burkinabè. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par les magistrats du Faso depuis mi-janvier 2016, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire multiplie les initiatives pour faire retomber la pression et sorti du sable mouvant dans lequel il est embourbé. A son cabinet sis au sein de l’hémicycle ivoirien, se succèdent de nombreuses délégations, chacune porteuse d’un message de soutien à l’endroit de l’illustre personnage.

Après les députés du grand ouest du pays et ceux du district autonome d’Abidjan, c’était au tour d’un groupe de jeunes présenté comme étant la section ivoirienne du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP). Le 1er février dernier, ces jeunes ont dressé des lauriers à Guillaume Soro avant de lui adresser une motion de soutien réceptionnée pour l’occasion par le Secrétaire général du Parlement, Latte N’Drin Ahouanzi, en l’absence du chef du législatif ivoirien, comme on peut le lire sur le site web de l’intéressé, guillaumesoro.ci et daté du 2 février 2016.

Mais contre toute attente, la réplique ne s’est pas faite attendre. Le bureau officiel de la jeunesse du MPP section Côte d’Ivoire a évoqué le 3 février une imposture à mettre sur le compte de ces personnes qui sont allées rencontrer le numéro 1 des députés ivoiriens en endossant l’étiquette du MPP. Les membres du bureau ont tenu à fustiger ce qu’ils qualifient d’«allégations mensongères orchestrées à dessein par des individus qui se livrent à des bavures communicationnelles».

Abdoulaye Mossé, le Secrétaire national chargé de la jeunesse, a annoncé la suspension des nommés Kindo Souleymane, Saba Moumouni, Zabré Massémadou, Kaboré Marcel, Gamsonré Inoussa et Sawadogo Alassane. Il leur est reproché d’avoir pris une part active à la mascarade. C’est dire que le chef de l’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré serait certes partant pour un règlement de l’affaire par voie diplomatique mais pas de cette manière. C’est un camouflet reçu par le président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

.afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment