09262018Headline:

Maroc – Algérie: Horst Köhler face au mirage des négociations sur le Sahara occidental; Mission impossible ?

Lors de sa récente tournée sur le terrain, Horst Köhler, l’envoyé spécial onusien pour le Sahara occidental, a pu mesurer le chemin qu’il reste à parcourir avant de ramener les différentes parties à la table des pourparlers, désertée depuis 2012. Mission impossible ?

Alger, Tindouf, Nouakchott, Rabouni, Rabat, Laâyoune, Dakhla, Smara… C’est un périple de dix jours que vient d’achever Horst Köhler, envoyé personnel du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies. Son premier du genre depuis sa nomination par António Guterres comme émissaire pour le Sahara occidental en août 2017. Son périple initial, en octobre dernier, s’était limité aux capitales maghrébines (Alger, Rabat et Nouakchott).

L’objectif cette fois était de s’enquérir de la situation sur le terrain alors que la tension est à son comble depuis des mois. Mieux : il s’agissait de convaincre les différentes parties de reprendre les négociations, interrompues depuis six ans. Mission presque impossible tant les positions des uns et des autres sont figées et aux antipodes les unes des autres. L’ancien président allemand l’a appris à ses dépens au fil de ses différentes escales.

Inflexibilité algérienne
À Alger, point de départ de la tournée, Köhler a dû se résoudre à prendre acte de l’inflexibilité algérienne. L’État algérien se considère comme simple « observateur » appelé à « contribuer à la relance du processus politique » pour une résolution « garantissant l’autodétermination du peuple sahraoui », selo.

 

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment