10172017Headline:

Nigeria : Très affaibli, Boko Haram multiplie les attentats suicide

boko Haram

Très affaibli depuis quelques mois par les opérations menées par l’armée nigériane et ses alliés, le groupe islamiste Boko Haram multiplie les attaques suicides. Dernier en date : mardi, un attentat dans un marché au bétail a fait huit morts et de nombreux blessés.

Après les récents succès de l’armée nigériane qui a repris de nombreuses bases de Boko Haram, la nébuleuse islamiste multiplie les attentats-suicides dans le nord-est du pays. Huit personnes ont ainsi péri, mardi 19 mai, dans une opération-kamikaze menée devant un marché au bétail de l’État d’Adamawa, qui connaît une recrudescence d’actions isolées des terroristes.

À Garkida, dans l’État d’Adamawa, une explosion a fait neuf victimes (dont le terroriste) et quatorze blessés. Les auteurs de l’attaque sont “des insurgés de Boko Haram”, a indiqué Jerry Kundusi, un représentant de l’Assemblée locale. Garkida se trouve à quelque 165 km au nord de Yola, la capitale de l’État d’Adamawa, près de la frontière de l’État voisin de Borno, fief historique du groupe islamiste armé.

Les terroristes ont également tenté d’attaquer Maiduguri, la capitale de l’État, mais ont pu être repoussés par l’armée au terme de combats.

Une opération conjointe des armées du Nigeria, du Tchad, du Cameroun et du Niger, lancée en février, a permis de reconquérir des pans entiers de territoire tombés aux mains de Boko Haram dans les mois précédents.

Changement de tactique

Selon les experts, les attentats contre des marchés ou des gares routières bondées, qui nécessitent peu de moyens logistiques, pourraient encore s’intensifier alors que le groupe est affaibli matériellement et humainement. Les bombes humaines sont généralement des femmes ou des enfants.

Le 16 mai, une adolescente kamikaze s’était fait exploser dans une gare routière de Damaturu, dans l’État de Yobe (également dans le nord-est), tuant au moins sept personnes. Ce qui fait donc deux attentats-suicides en moins de trois jour…

Lors d’une visite à Abuja la semaine dernière, le président tchadien Idriss Deby a estimé que “Boko Haram (avait) été cassé mais n'(était) pas terminé”, et a appelé à une meilleure coordination, sur le terrain, entre l’armée nigériane et les alliés voisins.

Le nouveau président Muhammadu Buhari, qui doit être investi la semaine prochaine, a fait de la lutte contre Boko Haram une des priorités de son mandat.
Jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment