06232024Headline:

Ouganda : Museveni veut interdire l’importation de vêtements usagés

Le président ougandais, Yoweri Museveni, a annoncé l’interdiction de l’importation de vêtements usagés, pour stimuler l’industrie textile nationale.

Le marché Owino du centre-ville de Kampala est depuis longtemps une enclave incontournable pour les riches et les pauvres à la recherche de vêtements d’occasion abordables mais de qualité, soulignant la perception que la mode occidentale est supérieure à ce qui est fait à la maison. Mais, malgré leur popularité, les vêtements d’occasion font face à une résistance croissante.

Bousculant pour l’espace, les gens bloquent les sentiers bondés sillonnant un immense marché ouvert dans la capitale ougandaise. Ils sont surtout à la recherche de vêtements d’occasion, en passant au crible les sous-vêtements pour les paires qui semblent nouvelles ou en essayant des chaussures malgré avoir été poussés dans le béguin.

Ces vêtements ont été jetés par les Européens et les Américains, puis expédiés vers les pays africains par des intermédiaires.

Il s’agit d’une entreprise de plusieurs millions de dollars, avec environ deux tiers des personnes dans sept pays d’Afrique de l’Est ayant « acheté au moins une partie de leurs vêtements sur le marché des vêtements d’occasion », selon une étude de 2017 de l’Agence américaine pour le développement international, le plus récent avec de tels détails.
Les autorités commerciales n’ont pas encore appliqué l’ordre du président Museveni, qui doit être soutenu par une mesure juridique telle qu’un décret exécutif. D’autres gouvernements africains tentent également d’arrêter les expéditions, affirmant que l’entreprise équivaut à du dumping et mine la croissance des industries textiles locales.

Le bloc commercial de la Communauté de l’Afrique de l’Est — composé du Burundi, de République démocratique du Congo, du Kenya, du Rwanda, du Soudan du Sud, de la Tanzanie et de l’Ouganda — recommande d’interdire les importations de vêtements usagés depuis 2016.

Mais les États membres ne l’ont pas appliqué au même rythme, sous la pression de Washington.

En Ouganda, l’ordre du président a semé la panique parmi les commerçants, pour qui une telle interdiction, si elle est mise en œuvre, est catastrophique.

Ils ont utilisé des vêtements dans des dizaines de grands marchés en plein air à travers le pays de 45 millions de personnes, dans les stands de bord de route et même dans les magasins dans les centres commerciaux où il est possible d’acheter des vêtements d’occasion commercialisés comme neufs.

Les vêtements sont bon marché et baissent encore plus dans le prix que les commerçants font de la place pour de nouvelles expéditions : une paire de jeans denim peut aller pour 20 cents américains, un foulard en cachemire pour encore moins

Dans l’un des Green Shops d’Ouganda, une chaîne spécialisée dans les vêtements d’occasion, le revendeur de vêtements Glen Kalungi achète des articles que ses clients pourraient vouloir : des pantalons vintage pour hommes et des hauts cotonneux pour femmes.

Kalungi aime visiter les jours de levée où il peut acheter des vêtements pour une fraction de dollar. Puis il les vend à profit.

“Je vends ces vêtements aux mannequins, nous avons (travaillons avec) une agence de mannequins, et c’est comme ça que nous restons en contact, s’ils aiment mes affaires, que je viens ici à la friperie, ils me donneront de l’argent à la fin de la journée pour y aller et être plus quitte”, dit-il.

La chaîne, dont les propriétaires incluent des Européens, dévoile de nouveaux vêtements toutes les deux semaines dans ses trois magasins. Certains articles proviennent de fournisseurs de pays comme la Chine et l’Allemagne, explique Allan Zavuga, directeur de la vente au détail.

« Nous ne sommes pas au courant de la façon dont ils ramassent les vêtements », explique Zavuga de leurs fournisseurs.

« Mais (les vêtements) passent par toutes les vérifications, la fumigation, tout cela, avant qu’ils ne soient expédiés en Ouganda, et nous obtenons tous les documents pour cela. »

Les Green Shops sont respectueux de l’environnement car ils recyclent les vêtements usagés en vrac, explique Zavuga.

L’association des commerçants de Kampala, connue sous l’acronyme KACITA, s’oppose à une interdiction ferme des vêtements usagés, recommandant un embargo progressif qui permet aux producteurs locaux de vêtements de renforcer leurs capacités pour répondre à la demande.

« Si le gouvernement devait interdire ces vêtements, que ce soit un processus graduel, afin que même cela prépare nos commerçants à ne pas perdre d’argent », dit le président de KACITA, Thadeus Musoke.

Au marché d’Owino, une interdiction des vêtements usagés est inconcevable pour beaucoup, y compris certains qui disent qu’ils ne pensent pas que la menace du président était grave.

Le marché est agressivement concurrentiel, avec des marchands assis derrière des tas de vêtements et criant des mots de bienvenue aux clients possibles.

Certains jours sont meilleurs que d’autres, explique Tadeo Walusimbi, commerçant de vêtements d’occasion depuis six ans.

« Même si quelqu’un a 2 000 shillings (moins d’un dollar) il peut partir avec des vêtements », dit-il.

Kalungi dit qu’une telle interdiction le laisserait sans emploi. « Je perdrais mon emploi. Je n’aurais pas d’emploi, je devrais trouver autre chose, parce que c’est là que j’obtiens ma nourriture », dit-il.

What Next?

Recent Articles