03292017Headline:

Présidentielle au Gabon: La France aurait demandé à Ali Bongo de reconnaitre sa défaite

ali bongo

Chers lecteurs, nous vous disions dans un post précédent que nous étions en relation avec un journaliste d’un grand titre français, pour un échange d’information au sujet de l’élection présidentielle. C’est lui qui nous a contacté il y a 2 jours, voulant obtenir de notre blog un filtre Gabonais des informations qu’il recevait de ses propres sources au Gabon. Nous avons rapidement développé une relation symbiotique, c’est-à-dire à bénéfices réciproques ; il nous donne ses informations et ses points de vue analytiques et nous lui rendons la pareille.

 

Ainsi, avons-nous reçu une invitation Skype de ce journaliste ce lundi après-midi. Pendant notre conversation, il nous a révélé que Jean Ping avait rencontré en tête à tête, les 2 ambassadeurs les plus importants accrédités au Gabon : celui de la France et celui des Etats-Unis ; puis les représentants d’organismes comme L’Union Européenne etc. Pendant ces rencontres, Jean Ping a expliqué l’inévitabilité de sa victoire et le processus de génération de nouveaux procès-verbaux avec des chiffres modifiés et des signatures au scanner copiées sur les vraies pour être reproduites sur les faux. D’après notre contact journaliste Français, c’est cette information qui a conduit la représentante des Observateurs de l’Union Européenne d’insister dans leur rapport, sur l’exigence de voir les résultats proclamés bureau de vote par bureau de vote, pour mieux surveiller l’authenticité de ces résultats par rapport aux procès-verbaux originaux déjà en possession des grandes chancelleries, de l’opposition et des journalistes. Cette exigence fait échec à la falsification.

Notre contact le journaliste nous a aussi révélé l’information selon laquelle d’un commun accord trouvé entre Jean Ping et les ambassades de France, des Etats-Unis et les organismes tels l’UE et l’ONU, l’ambassadeur de France avait déjà, au nom du groupe, demandé et obtenu de rencontrer Ali Bongo de toute urgence, hors de tout protocole, d’homme à homme, à son domicile. Lors de cette rencontre, l’Ambassadeur de France lui aurait dit que la seule issue pour éviter le pire était qu’il reconnaisse la victoire de Jean Ping, mais s’il insistait dans sa volonté de passer en force, il en assumerait seul les responsabilités et ses proches en paieraient un incalculable prix. Ali Bongo aurait demandé un temps de réflexion ; ce à quoi l’ambassadeur aurait répondu qu’il n’avait pas beaucoup de temps.

L’analyse de notre contact le journaliste est que la France vient de faire savoir à Ali Bongo qu’il devait partir ; le reste n’est qu’une question de temps.

Nous vous tiendrons au courant de l’évolution des choses.

Avec Charlie M.

http://apr-news.fr/

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment