12052016Headline:

Présidentielle au Nigeria : Muhammadu Buhari est devant Goudluck Jonathan, selon des résultats provisoires

goodluck et son adversaire

La Commission électorale nigériane poursuit ce mardi l’annonce des résultats partiels des élections générales. Si Goudluck Jonathan, le président sortant, rafle la mise dans ses bastions du sud du pays, les États de Bayelsa et de Rivers, son rival Muhammadu Buhari est en tête dans le décompte global des voix, toujours en cours.

Mis à jour à 16h19.

Au fur et à mesure que les résultats des élections générales au Nigeria sont annoncés par la commission électorale nationale indépendante (Inec), l’avenir s’assombrit pour Goodluck Jonathan. Devancé notamment dans le nord du pays et dans la capitale économique Lagos (sud) par son adversaire de la coalition du Congrès progressiste (APC) Muhammadu Buhari, le président sortant a réalisé un carton plein dans deux de ses fiefs du sud du pays d’où il est originaire, mais ce score ne suffit pas à lui laisser beaucoup d’espoir pour un nouveau mandat.

Jonathan a ainsi remporté la quasi-totalité des suffrages dans les États de Bayelsa et de Rivers, selon la commission électorale. Dans son État natal de Bayelsa, le président sortant a rassemblé 361 209 voix sur 367 067 suffrages exprimés, soit 98,4 % des voix, contre seulement 5 194 voix au principal candidat de l’opposition. Dans l’État voisin pétrolier de Rivers, le président sortant l’a emporté avec 94,9% des votes, rassemblant 1 487 075 voix contre 69 238 pour Buhari.

Environ 3 millions de voix d’écart

Mais selon l’agence de presse britannique Reuters, l’ancien général Muhammadu Buhari se dirigerait vers une victoire historique après ses trois tentatives manquées en 2003, 2007 et 2011. Selon un sondage sorti des urnes publié par l’agence, il l’emporterait avec plus de 14 millions de suffrages dans 33 des 36 États que compte le Nigeria, contre 11 millions de voix pour Jonathan. Or pour gagner l’élection, un candidat a besoin de remporter plus de 50 pour cent du total des voix à l’échelle nationale et de prendre au moins 25 pour cent dans les deux tiers des États. Un objectif qui serait désormais, de l’avis de la plupart des observateurs, inatteignable pour Jonathan. De fait, l’opposition avait déjà commencé à revendiquer la victoire à l’heure de la dernière mise à jour de cet article.

Dépouillement dans un climat de tension

Des troubles avaient éclaté dès dimanche dans l’État de Rivers, où le Congrès progressiste (APC) de M. Buhari accuse la commission électorale (Inec) et le parti au pouvoir (Parti démocratique populaire, PDP) de fraudes électorales. Des marches de protestations se sont poursuivies lundi jusqu’à l’instauration d’un couvre-feu pour la nuit.

(Avec AFP)
Jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment