09262017Headline:

Présidentielles Françiase: Voici le programme de Jean Luc Mélenchon pour l’Afrique

Immigration, aide au développement, bilan africain de François Hollande, bases militaires françaises sur le continent… Avant le premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, Le Monde Afrique a posé les mêmes huit questions aux cinq principaux candidats.

Souhaitez-vous aller plus loin dans la reconnaissance des crimes commis par la France pendant la guerre d’Algérie, et plus généralement durant la période coloniale ?

Jean-Luc Mélenchon Nous faisons partie du camp politique qui était contre le colonialisme et pour l’autodétermination des peuples. Nous savons les malheurs endurés, mais nous considérons que c’est aux historiens d’écrire l’Histoire et pas aux politiques de l’instrumentaliser. Il nous semble plus urgent de combattre le fléau de la prédation ultralibérale qui s’abat sur l’Afrique.

Quelle est votre solution pour lutter contre l’immigration massive en Europe ? Etes-vous favorable à l’installation de camps de migrants au Maghreb ?

Les camps de migrants au Maghreb sont une mauvaise solution : il est hors de question de déléguer notre politique migratoire. A ce titre, nous récusons l’accord sur les réfugiés signé entre l’Union européenne [UE] et la Turquie. Il est négatif pour les réfugiés et donne une arme diplomatique disproportionnée à la Turquie.

« Nous proposerons à nos partenaires africains d’initier un audit sur la dette »

Pour lutter contre l’immigration massive – qui d’ailleurs est principalement interne aux pays en voie de développement –, il faut s’attaquer aux causes des migrations : l’impossibilité de tout développement des pays de départ, en raison des dettes et des politiques d’ajustement structurel imposées par le Fonds monétaire international [FMI] ou la Banque mondiale, le pillage des ressources par les multinationales et le libre-échange.

Nous commencerons par dénoncer les accords de partenariat économique entre l’UE et les pays ACP [Afrique, Caraïbes et Pacifique], dont les conséquences sont de ruiner la petite paysannerie et de mettre en danger la souveraineté alimentaire des pays concernés. Nous proposerons à nos partenaires africains d’initier un audit sur la dette afin de récuser celles qui sont illégitimes.

L’Afrique est régulièrement décrite comme un continent d’avenir. Le pensez-vous ? Pourquoi ? Comment la France peut-elle en tirer parti ?

L’Afrique est un continent d’avenir, mais elle fait face à de multiples défis : changements climatiques, croissance démographique, déficits démocratiques, pillage organisé par les traités de libre-échange. L’échec de l’Afrique serait un drame mondial collectif, moral et humain.

« Nous prônons une francophonie basée sur des échanges culturels, scientifiques et commerciaux égalitaires »

Le meilleur parti que la France puisse tirer, c’est un développement harmonieux et réussi des sociétés africaines. Si nous ne considérons que le risque climatique, ce sont 250 millions de migrants dont l’humanité devra s’occuper à l’horizon 2050. Il est temps d’assurer un développement équilibré qui n’aggrave pas l’état de la planète. Mais la condition pour y parvenir est de rendre l’Afrique aux Africains, d’assurer la souveraineté nationale et populaire sur les bases prônées par Thomas Sankara ou Patrice Lumumba.

Enfin, l’Afrique est un continent d’avenir pour la France ne serait-ce que du fait que la langue française y est largement parlée. Nous prônons une francophonie basée sur des échanges culturels, scientifiques et commerciaux égalitaires.

Quels liens personnels entretenez-vous avec l’Afrique ou certains de ses dirigeants ?

Nous n’entretenons aucun lien avec les dirigeants africains. Par contre, nos relations avec les partis progressistes et démocratiques sont nombreuses et riches. Encore récemment, Oumar Mariko, du parti SADI [Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance, au Mali], participait à la présentation de notre programme international. Nous avons travaillé avec [la Malienne] Aminata Dramane Traoré ou avec Hamma Hammami, du Parti des travailleurs de Tunisie, avec qui nous bâtissons le projet d’un partenariat méditerranéen.

Quel regard portez-vous sur la politique africaine de François Hollande ? Que feriez-vous différemment si vous êtes élu ?

Certes, François Hollande a soutenu officiellement l’alternance politique en prêchant le respect des constitutions, mais cela cachait mal la volonté de préserver les conditions d’un néocolonialisme français. Concrètement, il a continué la Françafrique en promettant à Compaoré le soutien de la France, en reconnaissant la légitimité du référendum de Sassou Nguesso, en se taisant sur la réélection truquée d’Ali Bongo, etc.

Nous cesserons d’apporter un soutien aux dictateurs et de cautionner des scrutins frauduleux. Nos efforts porteront sur le soutien aux mouvements démocratiques et populaires et nous dénoncerons les biens mal acquis sur le sol français. Mais surtout, nous initierons une nouvelle diplomatie altermondialiste basée sur le respect et le développement réel des Etats, en dénonçant la dette ignominieuse et les accords de libre-échange qui ravagent les sociétés africaines.

Les bases militaires françaises sur le continent : un anachronisme ou une nécessité ?

Les accords de défense, et en particulier leurs clauses secrètes – qui ont pour objectif réel de contrôler les mouvements populaires au profit des dictateurs –, devront être dénoncés par un contrôle démocratique du Parlement. Dans le cas où certaines de ces bases seraient maintenues, la coopération militaire ne pourra être envisagée qu’avec des démocraties, avec pour priorité la formation d’une armée républicaine nationale indépendante.

La France mènera une action active dans les instances internationales pour appuyer les pays africains dans leurs revendications à ne plus connaître d’interventions militaires hors des mandats de l’ONU. La base stratégique de Djibouti sera maintenue, car son rôle est de sécuriser les routes maritimes ; un rôle semblable pourrait être attribué à une base d’Afrique de l’Ouest.

Paris doit-il davantage faire entendre sa voix lorsque des processus électoraux, à Brazzaville, Libreville ou N’Djamena, sont contestés ? Jusqu’à conditionner son aide aux avancées démocratiques ?

Nous nous engageons à cesser de fermer les yeux sur les élections truquées. Stop à la Françafrique ! Nous soutiendrons les démocraties et appliquerons des mesures restrictives dans les relations avec les dictatures, sans toutefois intervenir dans les affaires intérieures des pays concernés. La coopération avec les pays africains sera redéfinie en fonction de la volonté de sortir du modèle productiviste d’exploitation et du déséquilibre des échanges. Les droits humains et la co-construction des projets de coopération seront au cœur de la nouvelle politique d’aide au développement.

Vous engagerez-vous à porter l’aide au développement à 0,7 % du PIB au cours de votre quinquennat ?

Nous nous engageons à porter l’aide publique au développement [APD] à 0,7 % du RNB au plus tard en 2022, mais aussi à ne pas conditionner cette aide, ni vis-à-vis des migrants, ni vis-à-vis de la sécurité. L’aide doit être principalement destinée aux PMA [pays moins avancés] et doit viser prioritairement la réduction de la pauvreté, des inégalités – de richesse comme de genre – et promouvoir l’éducation. L’APD, afin d’être réellement efficace, devra être rendue transparente. C’est un minimum, mais qui sera sans effets réels si on n’y applique pas la logique développée par Thomas Sankara : « Il nous faut une aide qui nous aide à nous passer de l’aide. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/13/jean-luc-melenchon-son-programme-afrique-nous-combattrons-le-fleau-de-la-predation-ultraliberale-qui-s-abat-sur-le-continent_5110925_3212.html#CxMCBO09DqAGqGAB.99

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment