07232017Headline:

Racisme :Regardez la vidéo de cette femme qui choque l’Afrique du Sud

Diffusée jeudi dernier par une chaîne de télévision sud-africaine, une vidéo montrant une femme blanche insultant ses compatriotes noirs, jusqu’à vouloir “leur rouler dessus”, a profondément choqué l’Afrique du Sud. Des poursuites ont été engagées contre l’auteure de ces propos.

« Vous n’arriverez pas à croire ce que dit cette femme à la police », titre la vidéo postée sur YouTube par la chaîne de télévision sud-africaine Enca le 17 juin. Depuis, elle provoque un véritable tollé en Afrique du Sud. La scène, captée par un téléphone mobile, a été prise sur le vif quatre mois plus tôt, en mars 2016, à Johannesburg, la capitale sud-africaine. On y voit une femme blanche, victime d’un vol avec bris de glace, tenir sans aucune retenue des propos racistes devant les deux policiers qui se sont rendus sur place. L’un d’eux est noir.

Si je vois un Noir, je lui roulerai dessus

« Toutes les personnes qui répondent au téléphone sont noires et sont nulles », lance-t-elle à la figure de l’un des agents, lui reprochant de n’avoir pas répondu à ses « cinquante coups de téléphone ». Hors d’elle, et malgré les appels au calme de l’agent, elle affirme que les Noirs de Johannesburg sont « arrogants » et « tout simplement inutiles ».

Refusant catégoriquement qu’un policier noir vienne lui porter assistance, elle finit par remonter dans sa voiture. Et en démarrant le moteur, lance : « Si je vois un Noir, je lui roulerai dessus…si j’avais un revolver je lui tirerais dessus ».

La nouvelle Penny Sparrow ? 

Selon la presse sud-africaine, cette femme se prénomme Vicki Momberg. C’est une agent immobilière blanche basée à Durban, la capitale du Kwazulu-Natal (est). Tout comme – ironie du sort – Penny Sparrow, une agent immobilière blanche qui, en début d’année, avait provoqué une vague d’indignation dans le pays en comparant sur Facebook ses compatriotes noirs à des singes.

Interrogée par News24, Davina Momberg, sa mère, s’est dit « profondément choquée » et a lourdement condamné ses propos. « Je savais qu’elle avait été victime d’un vol mais ne savais rien de cette histoire », a-elle insisté, précisant qu’elle en avait elle-même pris connaissance par la télévision.

Poursuites engagées

Sur Twitter, nombreux sont les internautes qui ont réagi sous le hashtag #RacistRant (« diatribe raciste »). Le jour même et ceux qui ont suivis, celui-ci faisait partie des tendances du réseau social. La police a déclaré avoir engagé des poursuites sitôt l’incident notifié par les agents à leur hiérarchie. La commission sud-africaine des droits de l’homme a indiqué s’être également saisie de l’affaire.

Natacha Gorwitz

jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment