04242019Headline:

RDC: Felix Tshisekedi Célèbre sa victoire pendant que l’opposition conteste déjà.

Felix Tshisekedi

La Commission électorale indépendante (CENI) a proclamé dans la nuit de mercredi à jeudi la victoire de l’opposant Félix Tshisekedi avec 38, 57 % des voix devançant son adversaire Martin Fayulu  , crédité de 34, 8 %, selon les résultats provisoires.

Fayulu

Le chef de l’UDPS, Felix Tshisekedi qui forme avecVital Kamhere, un « ticket gagnant », a remporté la présidentielle du 30 décembre 2018 avec 7.051.013 soit 38,57%, selon les résultats publiés par l’instance en charge des élections.

« Personne ne pouvait imaginer un tel scénario au cours du quel un candidat d’opposition allait sortir victorieux. Je suis heureux pour vous peuple congolais. Ce processus, tout le monde pensait qu’il allait déboucher sur les affrontements et les violences, à l’effusion de sang. Aujourd’hui est un grand jour, un jour historique pour la République démocratique du Congo», a réagi M.Tshisekedi dans sa première prise de parole tout en rendant hommage au Président Joseph Kabila .

Toutefois, comme bien souvent en Afrique, les résultats provisoires publiées hier par la commission électorale sont d’ores et déjà contestés par le candidat malheureux, Martin fayulu, qui parle d’un « putsch électoral ».

Avec 600 000 voix d’écart, le candidat de Lamuka , qui peine à accepter le résultat des urnes , appelle les congolais à revendiquer la « victoire ».

« La victoire appartient au peuple congolais et le peuple congolais doit revendiquer sa victoire. C’est totalement inadmissible d’aller négocier les résultats. Vous connaissez les résultats, les pourcentages sont connus. 2006 on a volé la victoire à Bemba, 2011 on a volé la victoire à Etienne Tshisekedi, 2018 on ne volera pas la victoire à Martin Fayulu  » a t-il lancé quelques heures après la proclamation des résultats .

Autre réaction plus que surprenante, celle du ministre français des affaires étrangères, Jean Yves le Drian qui a estimé jeudi que les résultats proclamés n’étaient pas « conformes», Fayulu, étant selon lui, à priori le leader sortant de ces élections». 

« La France a saisi le Conseil de sécurité en fin de semaine dernière pour que les résultats constatés soient les résultats réels » a t-il dit.
La sortie du ministre français est déjà largement critiquée dans l’opinion qui dénonce une déplorable ingérence d’un pays occidental dans les affaires d’un pays africain souverain.

Notons pour finir que les résultats de la Céni peuvent encore faire l’objet de recours devant la Cour constitutionnelle qui proclamera les résultats définitifs d’ici le 15 janvier.

Reportée à trois reprise, cette élection devait tourner la page aux 17 ans de règne du Président Joseph Kabila , empêché de se représenter , conformément à la constitution .

KOACI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment