09202018Headline:

RDC: Moïse Katumbi, perso-na non gratta en RDC ?

En plus d’être empêché de rentrer sur le territoire congolais, Moïse Katumbi a désormais la justice de son pays à ses trousses. Le porte-parole du gouvernement vient d’annoncer un mandat d’arrêt international lancé contre l’opposant congolais.

Après moult tentatives pour regagner son pays et déposer son dossier de candidature pour l’élection présidentielle de décembre prochain, Moïse Katumbi avait été bloqué à la frontière entre la RDC et la Zambie. La situation de l’opposant congolais vient de se compliquer davantage avec la dernière décision prise par les autorités de son pays.

En effet, le ministre Lambert Mende Omalanga a annoncé, ce jeudi, la délivrance d’un mandat d’arrêt international contre le leader du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Justifiant cette décision, le porte-parole du gouvernement explique : « Lorsque vous êtes reconnu coupable et que vous êtes retrouvé quelque part, la première chose que les autorités judiciaires feront c’est d’émettre un mandat afin que vous puissiez être arrêté et emmené là où des personnes condamnées avec arrestation immédiate devraient être, c’est-à-dire en prison, avant de pouvoir lancer une procédure d’appel.

Poursuivant, le membre du gouvernement de Joseph Kabila ajoute : « Il avait été condamné avec arrestation immédiate et il voyageait ici et là au lieu de se présenter pour exécuter la décision du tribunal. » Aussi, en vertu de ce mandat d’arrêt international, tous les Etats qui ont une coopération judiciaire avec la République démocratique du Congo (RDC) sont tenus d’appréhender l’homme d’affaire pour le remettre aux autorités judiciaires de son pays.

Cependant, le président du TP Mazembe (club de football congolais) explique cet acharnement par le fait que les autorités congolaises visent à l’empêcher de prendre part au scrutin présidentiel du 23 décembre prochain.

Selon Katumbi, c’est bien les personnalités proches du régime de Kinshasa qui méritent d’être poursuivies et emprisonnées pour leur responsabilité dans la tragédie que traverse la RDC ces derniers temps. « Les personnes qui soumettent les Congolais à la misère sont ceux qui font de fausses accusations contre moi », a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « Ce sont ceux qui volent et tuent les gens en ce moment qui devraient faire face à la loi. »

Notons que l’ancien gouverneur du Katanga a été reconnu coupable d’« atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat » par le recrutement de mercenaires. Il est également accusé de s’être prévalu de la nationalité italienne. En attendant de rentrer dans son pays, Moïse Katumbi Chapwe se trouve en Namibie, selon les dernières nouvelles qui nous sont parvenues.

 

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment