12192018Headline:

RDC: Sous pression de ses militants, Félix Tshisekedi se retire de l’accord de Genève.

Le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Félix Tshisekedi, a retiré lundi soir depuis Genève, sa signature de l’accord signé le 11 novembre à Genève désignant Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018 en RDC.
Le candidat du parti le plus grand de l’opposition explique qu’il doit se retirer de cet accord pour rejoindre la position de sa base qui forme son électorat.

« Je retire ma signature de cet accord que nous avons signé à Genève. Un parti politique, c’est d’abord sa base. On ne peut se dire leader sans l’adhésion de la base de l’UDPS. Je ne peux pas aller à l’encontre de la base, ce serait signer la mort de ma carrière politique », s’est-il expliqué sur une radio basée à Kinshasa.

Cette réaction de Félix Tshisekedi intervient quelques heures seulement après la déclaration de Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS. Ce dernier s’est adressé devant une foule immense composée des membres du bureau politique de l’UDPS réuni ce matin pour protester contre la position de Félix Tshisekedi qui avait accepté la nomination de Martin Fayulu comme candidat unique de l’opposition.

Jean-Marc Kabund a clairement demandé à Félix Tshisekedi de se désolidariser de cet accord et de regagner la capitale congolaise pour préparer la campagne électorale qui débute dans 10 jours.

« L’UDPS rejette avec force cette désignation. Notre machine politique a fait 40 ans de lutte. Beaucoup sont morts, nous ne pouvons pas accepter la blague de Genève. Nous donnons à notre président 48h de retirer sa signature. Qu’il rentre vite au pays pour sa campagne », avait-il déclaré.

Les 7 leaders de l’opposition avaient choisi dimanche dernier à Genève Martin Fayulu comme candidat unique de l’opposition pour la présidentielle prévue le 23 décembre.

Tard dans la soirée du lundi, une autre figure de l’opposition signataire de ce même accord de Genève, Vital Kamerhe, a lui aussi annoncé le retrait de sa signature suite au mécontentement de son parti exprimé ce matin à Kinshasa.

Avec le retrait de ces deux leaders de l’opposition de l’accord qui a suscité un élan d’espoir dans la journée du dimanche, la possibilité de voir une opposition réunie et efficace pour affronter le candidat de la majorité est en train de s’envoler.

En 2011, lors des élections présidentielles et législatives organisées par Joseph Kabila au cours de son deuxième mandat, Etienne Tshisekedi avait lui-même refusé l’idée d’une candidature unique avec les autres chefs de l’opposition. C’était donc la première fois de voir une union électorale entre les opposants de la RDC malgré le revirement enregistré dans la soirée de ce lundi.

 

 

lequotidien.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment