10242017Headline:

Sahara occidental: Echouant à sa mission, l’émissaire de l’ONU Christopher Ross donne sa démission, les circonstances…

Après huit ans à tenter de jouer le médiateur dans la crise au Sahara occidental, l’émissaire de l’ONU, Christopher Ross, a présenté sa démission ce lundi. Il n’a pas réussi à régler le conflit entre le Maroc et le Front Polisario ni à les ramener à la table des négociations. Sa démission tombe au moment où, Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU, envisage une série de nouvelles nominations d’émissaires représentant les Nations unies dans le monde.

Sachant que sa chance d’être reconduit en tant qu’émissaire spéciale de l’ONU pour le Sahara occidental est minime, Christopher Ross, cet ancien ambassadeur américain à Damas et à Alger a préféré présenter sa démission. Son mandat devait se terminer fin mars, et il savait qu’Antonio Guterres, le tout nouveau secrétaire général de l’ONU, possède une autre approche de la question du Sahara, approche différente de son prédécesseur Ban Ki-moon. Le nouveau secrétaire général connait en effet de près l’épineux dossier territorial autour du Sahara occidental. Lorsqu’il était haut-commissaire aux réfugiés, il avait visité les camps de Lâayoune et de Tindouf.

Christopher Ross quitte le navire donc, comme ces prédécesseurs, sans résultat. Durant sa mission, les négociations sont restées au point mort et chaque partie a campé sur sa position : le Polisario réclame son droit à l’autodétermination par référendum et le Maroc propose une large économie à la région, mais sous souveraineté marocaine. Christopher Ross était très durement critiqué par Rabat qui le jugeait proche du Polisario.

Cette démission montre une nouvelle fois, la difficulté pour les Nations unies de trouver une solution à la crise. Mais la nomination d’Antonio Guterres à la tête de l’ONU offre une lueur d’espoir pour le dénouement de ce conflit qui dure depuis 1975.

RFI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment