12062016Headline:

Scandales des écoutes téléphoniques livrent encore des nouveaux secrets / Une chancellerie étrangère impliquée

Soro Bassolé

Scandales des écoutes téléphoniques: De nouvelles révélations sur la bande Soro-Bassolé
Une chancellerie étrangère impliquée

Le feuilleton des écoutes téléphoniques entre le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro, et l’ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibrill Bassolé, n’a pas fini de livrer tous ses secrets.
Après toutes les révélations et autres tribulations qui ont entouré cette affaire, Radio France internationale (Rfi) a sorti, vendredi 21 octobre 2016, des nouvelles fraîches. Il s’agit, en effet, d’une implication de l’ambassadeur américain au Burkina Faso, Tulibano S. Mushingi, dans ce scandale.

Selon la radio mondiale, le juge d’instruction du Tribunal militaire de Ouagadougou, François Yaméogo, a délivré une ordonnance en vue de faire authentifier les bandes sonores attribuées au numéro 2 ivoirien et à Djibrill Bassolé. Ces bandes ont été confiées à un expert allemand répondant au nom de Hermann Künzel. Expert auprès de la Cour pénale internationale (Cpi), selon des sources concordantes, il aurait 21 jours pour rendre son rapport. Tous les fichiers sonores compromettants contenus dans une clé USB, ont été remis à l’Allemand. Rfi informe, en sus, que ces fichiers sont titrés en anglais. Non sans évoquer des mots comme « major » pour parler d’un « commandant ».

La radio française, dans la même veine, a indiqué qu’une source proche de l’ancien Premier ministre de transition, Isaac Yacouba Zida, a confirmé cette implication américaine dans cette affaire sensible. Et le confrère de s’interroger sur les motivations d’une telle collusion. Serait-ce par crainte d’un coup de main des forces djihadistes au coup d’État du général Gilbert Diendéré, de septembre 2014, ou par soutien aux autorités de transition ? En tout état de cause, la radio internationale revient sur des « relations très étroites » et « un fervent évangélisme » qui unissaient Yacouba Zida et Tulibano Mushingi.

Le confrère, qui veut exploiter cette piste, a laissé entendre qu’il pourrait bien s’agir « d’un coup de main américain pour tuer politiquement Bassolé ». Il cite même une source française qui a affirmé que l’ambassadeur américain a outrepassé son rôle. Mais à la chancellerie américaine, à Ouagadougou, on montre patte blanche. « Nous ne sommes pas impliqués dans ces écoutes », a soutenu un diplomate américain à Rfi. Cependant, notre source a noté le caractère actif de l’ambassadeur Tulibano Mushingi, qui a rendu visite, il y a quelques jours, à Djibrill Bassolé, dans sa prison.

Hervé KPODION

Soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment