04192021Headline:

Sénégal: l’opposant Ousmane Sonko arrêté, Adji Raby Sarr, la masseuse disparaît

Adji Raby Sarr, la masseuse de 20 ans qui accuse de viol le député Ousmane Sonko a disparu des réseaux sociaux. Elle serait devenue injoignable sur ses numéros, selon des connaissances de la jeune femme, depuis l’éclatement de l’affaire, début février. Présentée par certains comme une fille aux mœurs légères, Adji Sarr est désormais celle par qui le scandale est arrivé. La capitale sénégalaise est sous tension depuis l’arrestation, mercredi 3 mars, d’Ousmane Sonko, le leader du parti Pastef Les Patriotes.

Accueil | Actunet.net | Les dessous de l'actualité | Page 28

Les affrontements font rage entre les partisans de l’ancien candidat, arrivé 3ème à la présidentielle de 2019 et les forces de l’ordre. Ces heurts ont déjà fait cinq morts à Dakar, avec des magasins saccagés et pillés. Des scènes de violence qui plongent le pays dans une instabilité politico-sociale telle qu’on n’en avait pas vue au Sénégal depuis des décennies. Les enseignes qui sont attaquées par les manifestants sont principalement celles des entreprises françaises.

Les raisons de la colère populaire

Les manifestants estiment que le président Macky Sall est à la solde des intérêts de la France. C’est d’ailleurs le substrat du combat politique du député et opposant Ousmane Sonko qui dénonce l’omniprésence des entreprises françaises dans l’économie du pays. Il est connu pour ses discours souverainistes, anti-impérialistes et anti-colonialistes qui séduisent une bonne partie de la jeunesse.

Accusé début février par Adji Sarr de viol avec menaces de mort à répétition, l’opposant Ousmane Sonko nie l’accusation. Il évoque un complot du pouvoir de Macky Sall pour le liquider à la manière de Karim Wade ou de Khalifa Sall écartés tous les deux lors des dernières élections. Un argument largement partagé par une partie de l’opinion sénégalaise. Après la levée de son immunité parlementaire, le député a été convoqué au Tribunal, mercredi. Pour s’y rendre, la police lui indique un itinéraire. Mais l’opposant refuse, souhaitant emprunter l’avenue Cheikh Anta Diop très fréquentée. Évidemment, la police s’y oppose. “Bloqué pendant plusieurs heures, la police finira par l’arrêter pour “trouble à l’ordre public et participation à manifestation non autorisée”. Il est expulsé de sa voiture, puis menotté”, relate le site internet Senenews. Il est conduit à la brigade de recherches de la gendarmerie, où il est gardé à vue jusqu’à ce jour.

C’est donc cette arrestation qui a mis le pays à feu et à sang, avec les manifestations qui ont donné lieu à des scènes de pillage et des heurts. Il y a eu au moins cinq morts et des arrestations de manifestants ont eu lieu. Une accalmie a été observée vendredi jour de prière, avant une nouvelle reprise.

Operanews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles