12122017Headline:

Sénégal: Transformée en musée, la maison de Senghor ouverte au public

maison de singhor

A l’étage se trouvent les chambres et le salon vert ou « salon privé » de la famille. D’une simplicité frappante, c’est dans ce salon, rappelle Mariama Ndoye Mbengue, le conservateur du musée, que la famille Senghor avait l’habitude de prendre les trois repas de la journée.
Sénégal: Transformée en musée, la maison de Senghor ouverte au public

Réfectionnée grâce à Eiffage Sénégal, la maison du président Léopold Sédar Senghor, récemment baptisée Musée Léopold Sédar Senghor, est un véritable lieu de mémoire de par son architecture et la richesse des différentes œuvres artistiques et ouvrages qu’elle abrite.

Son architecture et ses couleurs ocres rappellent les bâtisses de la cité millénaire de Djenné ou de Tombouctou, au Mali. Son vaste jardin, son espace boisé et sa piscine font de la maison du président Léopold Sédar Senghor, baptisée Musée Léopold Sédar Senghor, un véritable trésor du patrimoine culturel sénégalais. Ici, le parallélisme asymétrique cher au premier président de la République du Sénégal a entièrement inspiré l’architecture du bâtiment central construit sur 800 m2.

Situé à une centaine de mètres de l’Océan atlantique, l’édifice entièrement rénové grâce à l’entreprise Eiffage Sénégal, renferme en son sein d’immenses richesses. A l’intérieur de ce bâti construit entre 1978 et 1980, une salle de réunion où le président Senghor recevait ses invités donne sur un plan d’eau. A côté, au premier salon, des sculptures qui viennent un peu partout de l’Afrique font le décor. Les collections personnelles du président y sont également visibles. Les mini bibliothèques renferment encore jalousement les ouvrages du président-poète. Ici, la variété des œuvres allant des écrits de Karl Marx à Ronsard en passant par Ernest Hemingway renseigne sur la diversité de sa lecture. Son bureau ouvert sur le parc où il avait l’habitude de recevoir les audiences d’après-midi à partir de 15 heures est resté tel quel malgré les travaux de rénovation de Eiffage.

Sur place, des statuts représentant le dieu du tonnerre et de la fécondité font office de décor. Dans la petite bibliothèque du chantre de la Négritude sont soigneusement rangés des titres sur l’histoire de la littérature, des ouvrages d’écrivains africains et européens, des dictionnaires de français, un exemplaire du Coran et de la sainte Bible.

300 millions de FCfa pour la rénovation

A l’étage se trouvent les chambres et le salon vert ou « salon privé » de la famille. D’une simplicité frappante, c’est dans ce salon, rappelle Mariama Ndoye Mbengue, le conservateur du musée, que la famille Senghor avait l’habitude de prendre les trois repas de la journée. Quelques tableaux, des fleurs, les mêmes rideaux, le téléviseur à partir de laquelle Senghor suivait les informations après le dîner résistent encore au temps qui passe… Dans ce même étage se trouvent les deux chambres qui étaient réservées aux amis et invités de la famille, mais également celles du président Senghor et de sa femme. Dans la chambre personnelle de Senghor, la simplicité est saisissante : un abat-jour, un à deux tableaux d’art, des photos de Philipe Maguilène Senghor, de sa maman et de celles de Léopold Sédar Senghor sont accrochées au mur.
A quelques pas de là, l’on pénètre dans la chambre de l’épouse du président, Colette Hubert Senghor. Ici encore, grâce à la prédominance de la couleur verte, la simplicité marie à la beauté. Ces travaux de rénovation réalisés par Eiffage Sénégal rentrent dans le cadre de la Responsabilité sociétale de cette entreprise. Le coût global, a expliqué Léna Keïta Diop, chargé dudit projet, s’élève à 300 millions de FCfa. Le chantier a duré 6 mois et a permis de réparer, entre autres, l’étanchéité de l’édifice, les fissures, la climatisation, d’installer des espaces vertes mais également un système de vidéo surveillance et d’alarme.

Mariama Ndoye Mbengue s’est félicitée de l’idée du président de la République de faire de la maison de Senghor un musée, un lieu de mémoire. Elle a également salué l’initiative de Eiffage d’en faire un espace vivant et agréable. « Eiffage Sénégal nous accompagne depuis la fin des travaux, en attendant que l’Etat mette les moyens nécessaires », a-t-elle informé.

Un musée ouvert au public

Après les importants travaux de rénovation réalisés par Eiffage Sénégal, le musée Léopold Sédar Senghor est désormais ouvert au public. Les tarifs de la visite sont fixés à 2.000 FCfa l’adulte, 1.000 FCfa pour les étudiants et Forces de l’ordre et 500 FCfa pour les enfants. Les jours de visite vont du lundi au samedi. L’ambition, a expliqué le conservateur, Mariama Ndoye Mbengue, est de faire en sorte que les populations s’approprient le musée. À la longue, le musée Léopold Sédar se veut d’être à l’image du musée Mandela ou de Martin Luther King, une maison des arts pluriels dont la peinture, la tapisserie, la sculpture… auront toute leur place. « Il faut que ce musée s’internationalise. Nous voulons mettre Senghor en exergue, mais aussi d’autres intellectuels sénégalais comme Cheikh Anta Diop, Mamadou Dia, Cheikh Hamidou Kane, à travers des expositions photographiques, vidéos ou d’autres formes d’expression artistique », a-t-elle déclaré.

Le Soleil

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment