12172017Headline:

Sexualité et comportements à risques des adoslescentes

string prostitution

Aujourd’hui comme hier, l’adolescence est une période difficile pour les jeunes. Même si c’est vrai que les ados d’aujourd’hui ont changé. Car, on assiste plus à des conduites à risques : conduites sexuelles, sportives, conduites en véhicules motorisés à risques, alcool et cannabis. Ce sont des comportements qui prennent de l’ampleur, de la même façon que les piercings et les scarifications.

 

D’ailleurs, d’aucuns dissent que la période de l’adolescence se caractérise par une quête identitaire dans laquelle les codes vestimentaires, les attitudes et les comportements traduisent le besoin d’appartenir à un groupe. Ainsi, parmi ces comportements, il y a l’hyper sexualisation des jeunes. Et cela se traduit par : le haut du string qui dépasse, le nombril à l’air, le maquillage excessif, j’en passe. On a l’impression que c’est avec des tenues hyper sexualisées que les jeunes filles entrent dans l’adolescence et découvrent leur propre sexualité.

 

C’est dans ce sens que des auteurs avancent la théorie de la désorganisation sociale, la scolarisation, l’urbanisation affaiblissent les structures traditionnelles par un relâchement du contrôle des adultes sur les jeunes. Ce relâchement se manifeste par le non-respect des normes traditionnelles et la perte d’intérêt à l’égard de l’initiation coutumière de la sexualité des jeunes. Les jeunes adoptent ainsi de nouveaux comportements sexuels, dirigés vers la satisfaction des besoins personnels et la gratification individuelle. La disparition de l’exigence de la virginité de la jeune fille dans les sociétés où elle était une condition pour le mariage est une des preuves du relâchement de la morale sexuelle traditionnelle.

 

Comme pour le modernisme et les médias, les jeunes découvrent de nouvelles pratiques sexuelles (masturbation, préliminaire sexuels, sexe anal et oral). En effet, les médias favorisent la précocité de l’activité sexuelle par l’introduction de valeurs et modèles étrangers en matière de sexualité. Outre, on note que le comportement sexuel des ados est souvent motivé par un intérêt économique ou social. Il y a des jeunes qui s’adonnent à l’activité sexuelle en échange de cadeaux, d’habits ou de sommes d’argent. Ce genre de relation sexuelles sont dénommées : «sugar daddies », « sponsors », « V.V.V » (Voiture, Villa, Voyage).

 

Mais aussi, il y a des jeunes qui s’adonnent à la sexualité pour des raisons matrimoniales. De ce fait, la conclusion du mariage se fait en plusieurs étapes : concubinage, fiançailles avec ou sans enfants, mariage coutumier, mariage civil. Et enfin, on a des jeunes qui s’adonnent à la sexualité pré conjugale pour satisfaire leur curiosité : acquisition d’expérience afin de plaire plus tard à leur conjoint. Certaines filles s’engagent dans l’activité sexuelle et perdent leur virginité sous la pression des copines. Dans ces milieux, les filles vierges sont souvent traitées de naïves, sottes, ignorantes, non civilisées. ).

 

Toutefois, on note que l’instruction et la religion sont des portes d’ouverture culturelle. Elles sont un facteur de prévention des IST/VIH/SIDA et des grossesses non désirées par l’utilisation correcte des préservatifs et contraceptifs. Ainsi, on peut voir cette attitude dans les réactions des pays conservateurs catholiques ou musulmans lors de la Conférence Mondiale sur les Femmes de Beijing où le fait que «la sexualité entre dans les droits individuels est considéré par les représentants de ces pays comme un encouragement à l’homosexualité, ou lesbianisme, aux relations sexuelles en dehors du mariage et entre adolescents avant le mariage. Autre constat, près d’un collégien sur cinq a déjà été ivre. Idem, c’est au collège que certains ados découvrent leur première cigarette. Cependant la consommation de cannabis est moins courante chez les adolescents. Seulement quelque uns affirme avoir déjà testé cette drogue.

 

Enfin, pour expliquer ces comportements, dans certain cas, ces consommations reflètent une véritable souffrance. Mais il y a aussi chez les jeunes des comportements à risques, qui sont des ‘’pour faire comme les autres’’, pour appartenir à un groupe. Donc, il faut être présent et toujours à l’écoute, accompagner les jeunes au travers de l’adolescence, et surtout l’aider à devenir un adulte responsable.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment