01172022Headline:

Soudan : confusion totale au sein de l’ONU sur le cas

Si l’Union africaine, l’Union européenne et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres ont tous condamné la prise de pouvoir par les militaires au Soudan, il reste un grand silencieux : le Conseil de sécurité. Les 15 membres peinent à s’entendre sur le contenu d’une déclaration depuis plus de deux jours, rapporte Rfi.

Selon la même source , les diplomates ne comptent même plus le nombre d’allers-retours, ou de versions du texte de cette déclaration qui est négociée depuis lundi 25 octobre, jour du coup d’État. À plusieurs reprises, la Russie a empêché que le Conseil s’exprime pour l’instant. Chine et Russie ont fait savoir leur opposition de principe à une telle expression – car elle touche à la « souveraineté » des États.

Un Conseil à la peine
Mais surtout, la mission russe s’est farouchement opposée à ce que le Conseil condamne le coup d’État – le Conseil pourrait finalement se dire « profondément préoccupé » si la dernière version est validée par Moscou ce jeudi. Il appellerait aussi à restaurer la transition, à la retenue dans la gestion des manifestants et au respect des droits de l’homme. Pour un des membres du Conseil, ce texte est tellement dilué qu’il l’imagine mal avoir un quelconque effet sur les militaires de Khartoum.

Finalement, comme après les coups au Mali, en Birmanie, en Guinée de ces derniers mois, le Conseil peine à gronder. Par ailleurs, son comité de sanctions qui devait se rendre au Soudan du Sud début novembre a annulé son déplacement, étant donné les circonstances et le blocage actuel de l’aéroport.

Sapel

Comments

comments

What Next?

Recent Articles