06032023Headline:

Soudan du Sud : Un club de football pour aveugles redonne de l’espoir

Au Soudan du sud, une ligue de football redonne de l’espoir aux jeunes malvoyants.

Lorsque Moubarak Joseph Hilary a perdu la vue à l’âge de 15 ans, cet adolescent passionné de football a abandonné l’école et n’est pas sorti de chez lui pendant sept ans, résigné à une vie de reclus, Jusqu’à ce qu’il découvre le club de footbal l des Juba Boys.

“Au début, ce n’était pas facile. Beaucoup d’entre nous pensaient que c’était une idée folle. Comment une personne malvoyante, aveugle même, peut-elle jouer au football ? C’est ce que nous avons d’abord pensé. L’association a rapidement mobilisé de jeunes malvoyants, et nous avons alors pu mettre en place un système de football pour aveugles,” Charles Pasqual Clement, président de la Blind Football Association.

Les Juba Boys est l’une des rares équipes créées dans la capitale du Soudan du sud pour développer les talents des joueurs malvoyants, dans le but de participer un jour aux Jeux paralympiques.

En attendant, l’equipe participe à la première ligue de football pour aveugles du pays.

“Si vous voyez les personnes malvoyantes, elles sont considérées comme des personnes qui n’ont pas beaucoup de choses à faire, dans la plupart des sports, elles sont exclues. Pour nous, ce sport peut vraiment ramener les personnes malvoyantes sur le terrain. Maintenant, ils ont un espace pour socialiser avec d’autres personnes, ils peuvent se faire des amis. Et cette amitié va au dela du terrain. Ainsi, les traumatismes et les mauvaises choses qui gangrènent l’esprit, peuvent être effacés,” Simon Madol Akol, entraîneur en chef de la Fédération sud-soudanaise de football pour aveugles.

Outre les défis physiques, les citoyens sud-soudanais malvoyants sont également confrontés à la discrimination et à l’inégalité d’accès aux opportunités dans un pays en proie à une pauvreté endémique, à la violence et aux catastrophes naturelles.

“Nous avons entendu beaucoup de gens parler négativement de nous, les malvoyants, mais j’avais l’habitude de les affronter parce qu’ils ne cessaient de nous dire que nous n’aurions aucun avantage à jouer au football. Ce n’est pas parce que nous sommes aveugles que nous avons tout perdu dans notre vie,” Mubarak Joseph Hilary, capitaine des Juba Boys Football Club.

Le football pour malvoyants n’en est qu’à ses débuts dans la nation la plus jeune du monde, et les organisateurs de la ligue espèrent que leurs équipes pourront un jour commencer à participer à des matches régionaux.

Il y a deux ans, Michael Machiek est devenu le premier athlète sud-soudanais à se qualifier pour les Jeux paralympiques de Tokyo dans la catégorie des 200 mètres.

What Next?

Recent Articles