10052022Headline:

Soudan: une réunion entre des forces de l’opposition et les militaires sème le trouble.

Au Soudan, une réunion « informelle » entre les Forces de la liberté et du changement et une délégation de militaires dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 juin a semé le troublé au sein des forces opposées au coup d’État du 25 octobre. Leurs alliés des forces révolutionnaires leur ont rappelé qu’ils étaient catégoriquement opposés à tout compromis avec les militaires.

La rencontre a eu lieu tard dans la soirée à la résidence de l’ambassadeur saoudien, dans le quartier de Kafouri à Khartoum-Nord, en présence de la secrétaire d’État adjointe américaine. Mais elle n’avait pour but, selon l’ambassade américaine, que « d’échanger des idées ».

Dans la nuit, les Forces de la liberté et du changement (FLC), notamment menée par le puissant parti Oumma, ont immédiatement publié une explication de leur participation à cette réunion inopinée. Elles ont dit qu’elles rejetaient toujours le dialogue national initié par le « Mécanisme tripartite » ONU-UA-Igad, qui vise toujours selon elles à « légitimer le coup d’État ».

Les FLC affirment avoir seulement rappelé leurs revendications : « mettre fin au coup d’État » et établir une feuille de route pour la restitution totale du pouvoir aux civils.

Mais leurs alliés des Comités de résistance et de l’Association des professionnels soudanais les ont immédiatement prévenues : les uns ont rappelé leur exigence d’éloigner les militaires de la vie politique et économique, mais aussi de traduire les criminels en justice. D’autres autres les ont mis en garde contre « la répétition des erreurs et des mauvais calculs » du passé. Une référence à la période où les FLC soutenaient l’ancien Premier ministre démissionnaire Abdallah Hamdok.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles